Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

300.000 personnes sans abri en France, chiffre "effrayant" pour la Fondation Abbé Pierre

-
Par , France Bleu Gard Lozère

300.000 personnes sans abri en France, deux fois plus qu'en 2012. 300.000 personnes sans abri, " chiffre effrayant" pour la Fondation Abbé Pierre. Elle craint une explosion des expulsions au printemps prochain et demande la construction de 150.000 logements sociaux par an en France.

Nîmes, dimanche 15 novembre 2020
Nîmes, dimanche 15 novembre 2020 © Radio France - Philippe Thomain

Le nombre de personnes sans abri a doublé depuis 2012 en France. La Fondation Abbé Pierre en dénombre environ 300.000 aujourd'hui. Un chiffre "effrayant" qui doit provoquer un "électrochoc" dit-elle. Surtout elle craint que ce chiffre n'augmente encore avec la reprise des expulsions au printemps prochain, des expulsions qu'elle redoute nombreuses à cause de la crise que nous traversons.

"C'est plus dur aujourd'hui"

Près de la gare de Nîmes, Hocin s'abrite de la pluie qui tombe ce dimanche : "C'est plus dur aujourd'hui parce qu'on a l'impression d'être abandonnés vu que les magasins sont fermés. On se retrouve dehors, on a l'impression d'être des survivants d'un autre monde. Que tous les gens sont chez eux, apparemment, et là nous on se retrouve dehors, on a l'impression d'être seuls, d'être délaissés."

Hocin. Sans abri, dimanche, il s'abritait de la pluie près de la gare de Nîmes.

"Trois jours en foyer, après tu te d..."

Tout à côté de lui, un homme ne veut pas dire son nom. Il vient d'Andorre. Il aimerait y retourner mais n'a plus rien. Il est à la rue. Il a obtenu un hébergement pour trois jours : "On sort à 6h30 le matin et ce soir, on va rentrer à 20h30. On a le droit à trois jours, après trois jours tu te démerdes.... Le 115 complet. Je téléphone trois fois par jour, à 8h, à 13h et le soir. Complet." À ses côtés, Hocin dit la même chose : "c'est de plus en dur maintenant, et comme c'est l'hiver, les places, elles sont toutes prises."

Rencontre avec des personnes sans abri près de la gare de Nîmes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess