Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

300 personnes contre l'état d'urgence à Saint-Etienne

samedi 30 janvier 2016 à 15:55 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

Comme dans 70 villes françaises, Saint-Étienne a accueilli un rassemblement ce samedi après-midi, contre l'état d'urgence et la déchéance de nationalité.

Le rassemblement stéphanois contre l'état d'urgence
Le rassemblement stéphanois contre l'état d'urgence © Radio France - David Valverde

70 rassemeblements partout en France ce samedi pour protester contre la poursuite de l'état d'urgence. Ils étaient 300 environ place Jean Jaurès à Saint-Etienne. Ils demandent la levée immédiate de cet état d'urgence, instauré après les attentats du 13 novembre 2015, et l'abandon du projet de déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour des activités terroristes. Des manifestations organisées alors que le gouvernement veut prolonger de trois mois supplémentaires l'état d'urgence, qui doit prendre fin le 26 février. Le projet est présenté mercredi en conseil des ministres.

 Dans le rassemblement des responsables d'associations Mireille Carot est la secrétaire générale adjointe de la CGT dans la Loire. Pour elle, il est... urgent d'en finir avec l'état d'urgence.

"La situation a bien assez duré. L'état d'urgence fait preuve d'une inefficacité voire d'une dangerosité. Ça génère un climat ultra sécuritaire, délétère, qui provoque un sentiment d'insécurité généré par des clivages, des stigmatisations. Ça entraine de la peur, de la haine. Le climat devient nauséabond et dangereux.

Mireille Carot de la CGT 42

Présents, aussi, beaucoup d'anonymes venus exprimer leur inquiétude. C'est le cas d'Abdelkader, retraité, de confession musulmane. Il est venu avec une pancarte et 2 messages : "Manger de l'état d'urgence : non ! Nager dans l'égalité : oui !"  et "Fouilla, la meilleure des sécurité mon belet, c'est encore la fraternité !

Abdelkader est venu manifester

L'appel a été lancé par une quinzaine de syndicats et associations - Radio France
L'appel a été lancé par une quinzaine de syndicats et associations © Radio France - David Valverde