Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

32 000 euros de dons pour la réouverture de la résidence Cécile et Marie-Anne à Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou

A Poitiers, 2 ans après le meurtre d'une éducatrice spécialisée, la résidence Cécile et Marie-Anne va rouvrir ses portes en octobre. Pour financer les travaux de rénovation, le centre d'accueil pour femmes isolées avec enfants peut compter sur l'appui des collectivités mais aussi les dons privés.

32.000 euros de dons récoltés
32.000 euros de dons récoltés © Radio France - Isabelle Rivière

Poitiers, France

Vaste élan de solidarité autour de la résidence Cécile et Marie-Anne de Poitiers !  Le centre d'accueil pour femmes isolées avec enfants était fermé depuis le meurtre d'une éducatrice spécialisée le 28 octobre 2017. Deux après le drame, le site va donc rouvrir en octobre prochain, mais avant cela il va devoir passer par la case travaux. 

32 000 euros de dons

Un chantier de 240.000 euros financé en partie par des fonds publics, mais il y a aussi des fonds privés. L'association ADIFAS, qui gère la résidence Cécile et Marie-Anne de Poitiers depuis son ouverture en 2002, vient de recevoir un chèque de 32.000 euros ce vendredi 14 juin. 32.000 euros de dons de particuliers, d'associations et de paroissiens. 

Les paroissiens en ont fait l'oeuvre de carême cette année

C'est le fonds de dotation Salvert, un fonds créé par les sœurs de la congrégation de Migné-Auxances, qui avait lancé un appel aux dons pour soutenir la résidence. En pleine période de Carême chrétien, le projet de réouverture est devenu l'oeuvre de Carême dans les quatre paroisses de l'agglomération poitevine. Dans les églises de Poitiers-Est, comme dans d'autres, le Conseil pastoral paroissial a décidé de porter ce projet auprès des fidèles.

"Il y a eu des réunions pour présenter le projet de soutien à la résidence Cécile et Marie-Anne, on a placé des enveloppes spéciales au fond de l'église pour la collecte, et on a recueilli trois fois plus de dons que d'habitude en temps de carême", précise le père Julien Dupont, de la paroisse st Jacques-Hauts de Poitiers. 

Pour le Père Philippe Genty, est le prêtre de la Paroisse la Trinité en centre-ville de Poitiers. Pour lui, "les paroissiens ont été touchés par ce projet aussi parce que c'est un projet de proximité"

Des initiatives plus chouettes les unes que les autres

Au delà de l'argent, les paroissiens se sont engagés comme par exemple ces comédiennes de la troupe amateur Comedia del Poitiers qui ont donné des représentations au profit de la résidence : "On a joué trois soirs à la salle de Nouaillé-Mauperthuis, 400 personnes à chaque fois et on a fait salle comble", souligne Clémentine de Crécy.  Il y a aussi ces étudiants qui ont accepté de payer 50 centimes plus cher leur repas et qui au final ont reversé 380 euros. Ou encore ce groupes de six amies, six mères de famille qui courront l'Ekiden, marathon relais de Blossac le 30 juin prochain, avec des t-shirts aux noms de Cécile et Marie-Anne pour interpeller et sensibiliser le grand public à la cause des cette résidence pour femmes en détresse. 

Emmanuel Grasselin est l'un des représentants du fonds de dotation Salvert. Il a reçu des chèques de toute la France ce qui l'a étonné. 

"En fait, c'est une famille qui pour la naissance de son petit dernier, a envoyé 300 faire-part de naissance, en disant aux gens, pas de cadeaux, mais si vous voulez aider la résidence Cécile et Marie-Anne, vous pouvez le faire à cette adresse"

Des aides publiques

Dans le projet de réhabilitation, la part d'auto-financement s'élève à 50.000 euros. L'association a déjà perçu 32.000 euros de dons de paroissiens, particuliers et autres associations soutien comme Emmaüs par exemple. Sans compter les initiatives à venir. Sur les 240.000 euros de chantier, la région Nouvelle-Aquitaine va mettre 72.000 euros, soit un tiers de la somme. La ville de Poitiers s'engage à participer également. Le département de la Vienne, lui, continuera de financer le fonctionnement de la résidence. Une résidence entièrement refaite donc. 

Des bâtiments agrandis et rénovés

Les travaux ont commencé il y a deux mois déjà et si tout se passe bien, les locaux seront livrés fin septembre, pour une ouverture le 1er octobre 2019.  Il faut refaire le rez-de-chaussée où s'est passée la tragédie, et puis, il y a 100 mètres-carré supplémentaires à rénover. Le Diocèse de Poitiers, propriétaire des murs, laisse le premier étage à la résidence. Cette dernière va pouvoir y installer trois nouveaux studios adaptés à l'accueil des mères isolées et de leurs enfants.  La nouvelle résidence Cécile et Marie-Anne pourra accueillir 11 résidentes, femmes en détresse (enceintes ou avec enfants de moins de 3 ans), soit trois places de plus qu'avant. Elle accueillera aussi de jeunes mineures isolées étrangères. L'équipe de professionnels, elle, a entièrement été renouvelée. Seule la chef en place à l'époque du drame a accepté de rester, les autres ont tous souhaiter partir. 

Equipe renouvelée

Pour Pierre Boutin, le président de l'association ADIFAS qui gère la résidence Cécile et Marie-Anne de Poitiers, il a fallu du temps pour relancer le projet. Du temps, du cran et du courage. Mais "on est soutenu par les poitevins, ce qui nous conforte dans l'idée qu'il faut continuer au delà du drame" ponctue-t-il. Pour autant, personne n'oublie Marina fuseau, l'éducatrice spécialisée tuée par une pensionnaireen octobre 2017. On n'oublie pas non plus ses parents dont on respecte la douleur. "La souffrance relève de l'intime, et mérite le silence et le respect". Aucun commentaire ce vendredi sur ce sinistre matin d'octobre 2017. 

Choix de la station

France Bleu