Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : France Bleu partenaire des Restos du Cœur

Restos du coeur : "2021 sera dur, 2022 très dur", prévient le responsable de l'association en Ile-de-France

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les restos du coeur lancent leur 36e campagne d'hiver ce mardi dans un contexte de crise sanitaire, économique et sociale inédit. Le nombre d'inscrits est en hausse "permanente depuis l'été" s'inquiète le responsable des Restos en Ile-de-France qui lance un appel pour recruter des bénévoles.

Distribution aux Restos du Coeur
Distribution aux Restos du Coeur © Radio France - Quentin Lhuillier

Après la campagne d'été, voici celle d'hiver, mais les distributions de colis alimentaires ne s'arrêtent jamais vraiment aux Restos du Coeur, en particulier cette année. "On s'organise pour faire face à l'afflux de demandes" explique sur France Bleu Paris ce mardi, Serge Malet, responsable des Restos en Ile-de-France où la demande a bondi de 16% en moyenne, mais 30% à Paris et même 45% en Seine-Saint-Denis. En 2019, 160.000 bénéficiaires ont reçu un colis dans la région, 875.000 en France et le million pourrait être dépassé cette année.

S'organiser pour stocker, inscrire les bénéficiaires et distribuer différemment, mesures sanitaires oblige. L'association est passée "au drive ou au colisage piétons donc il y a beaucoup moins d'échanges avec les bénéficiaires" regrette Serge Malet. Fini les discussions autour d'un café entre bénévoles et bénéficiaires dans les centres. L'ambiance est devenue plus tendue voire agressive remarque le responsable des Restos de la région, avec ce manque de contact et des files d'attente qui s'allongent sur le trottoir. 

De plus en plus d'étudiants, de travailleurs précaires et de retraités

Et dans la queue pour recevoir un colis de denrées, beaucoup de jeunes désormais. "Une croissance phénoménale d'étudiants, à tel point que sur Paris on a ouvert deux centre dédiés aux étudiants, à la cité internationale universitaire et au Crous du 18e. Ça s'explique par les absences de jobs étudiants."

Beaucoup de travailleurs précaires poussent aussi la porte des Restos aujourd'hui : intermittents de la culture, indépendants, livreurs deliveroo, beaucoup d'intérimaires. Serge Malet constate aussi un accroissement des retraités de plus en plus pauvres et des familles toujours avec plus de 8.000 bébés de moins d'un an inscrits l'an dernier en France, un phénomène qui s'intensifie. 

On se dit que 2021 sera dur, et 2022 très dur - Serge Malet

Cet afflux de nouveaux inscrits est peut-être seulement la partie émergée de l'iceberg. "Depuis l'été c'est une courbe ascendante permanente, et on se dit que 2021 sera dur et 2022 très dur", annonce pessimiste Serge Malet, qui se rappelle de la crise de 2008 et des deux années qui ont suivi avec 15% de croissance en 2009 et 25% en 2010.

Les stocks seront-ils suffisant pour faire face à la demande en hausse ?  Serge Malet est plutôt rassuré avec "un horizon de stocks sécurisés sur deux mois,  mais on reste très vigilant". Des stocks qui ont pu être constitués avant le premier confinement, avec les dons, la ramasse et les achats propres de l'association. 

Besoin de renforts

Avec 40% des bénévoles en retrait, mis à l'écart pour les protéger en raison de leur santé fragile, car beaucoup ont plus de 65 ans, ou en télé-bénévolat, l'association dit manquer "cruellement" de bras pour remplir sa mission. "On manque aussi de bénévoles spécialisés pour gérer la logistique, pour conduire les camions et faire les livraisons dans les centres", indique le responsable régional des Restos qui lance un appel aux candidatures. 

Le concert des Enfoirés à Lyon sera-t-il maintenu en janvier ? "A priori oui, avec une jauge extrêmement basse, ce qui n'est pas sans conséquences parce que le concert c'est une manne financière non négligeable. La billetterie est stoppée pour le moment". 

Mais Serge Malet conclut avec optimisme et combativité : "Aux restos on est très créatifs, peut-être qu'on trouvera des alternatives." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess