Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

38.000 logements indignes dans l'Hérault : un "fléau" selon le préfet

-
Par , France Bleu Hérault

La préfecture veut renforcer la lutte contre l'habitat indigne et les marchands de sommeil, phénomène qui touche particulièrement l'Hérault. On estime à 38.000 le nombre de ces logements dans le département.

© Maxppp -

Moisissures, vétusté, absence d'eau courante... Quand l'habitat n'est plus seulement insalubre, mais qu'il porte atteinte à la santé, la sécurité et la dignité des personnes, on parle d'habitat indigne et c'est depuis le début de l'année l'une des nouvelles priorités du gouvernement. L'Hérault fait partie des départements méditerranéens les plus touchés, avec les Bouches du Rhône et le Gard. 38.000 logements sont estimés indignes dans le département.

80.000 personnes concernées

"38.000 c'est énorme, s'exclame Christian Pouget le sous-préfet de Béziers. C'est 8.5% du parc privé". Au bas mot 80.000 personnes concernées. Il est vrai aussi que ce n'est qu'une estimation tirée de données statistiques : la taxe d'habitation et la valeur de l'immobilier notamment sont de bons indicateurs mais une estimation fiable. 

3 ans pour obtenir des résultats

Pour mieux lutter contre ce qu'il qualifie de "fléau", le préfet vient de lancer un plan d'action sur 3 ans qui doit permettre d'améliorer la détection de ces logements autant que la poursuite des marchands de sommeil. 

L'une des difficultés c'est que les victimes du mal-logement dénoncent rarement les propriétaires. "Soit elle ne savent pas , soit elles n'osent pas, soit elles ont peur de parler parce qu'elles se disent qu'après elles ne savent pas où aller" dit Christian Pouget. 

Il faut s'appuyer sur les intervenants de terrain qui entrent chez les gens : pompiers, policiers, assistants sociaux, infirmiers, aides à domicile... La préfecture leur distribue désormais des fiches de signalement simplifiées pour que l'information remonte plus facilement. 

Pour chaque cas, une visite des services spécialisés permettra de dire si oui ou non le logement peut être classé indigne. Si oui le propriétaire est sommé d'engager des travaux. En cas de refus, c'est la justice qui prend le relais. 

"Inacceptable de faire de l'argent avec la misère des autres"

L'autre priorité vise les marchands de sommeil, ce qui implique de travailler main dans la main avec les autorités judiciaires. "La justice pénale intervient en dernier lieu quand il y a un profit tiré de l'indignité qu'on impose à celui qui loge dans ces conditions: ça va du petit propriétaire qui encaisse un loyer sans comparaison avec la qualité du logement, jusqu'à des gens qui possèdent des dizaines d'appartements ou même de bâtiments" indique Christophe Barret, procureur de la république. Une dizaine de procédures sont en cours dans l'Hérault, concernant des marchands de sommeil présumés. 

"38.000 c'est énorme". Christian Pouget, sous-préfet de Béziers

"C'est inacceptable de faire de l'argent sur la misère des autres". Christophe Barret, procureur de la République

Choix de la station

À venir dansDanssecondess