Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

39 19 : le numéro d'appel pour les femmes victimes de violence est débordé

samedi 25 novembre 2017 à 7:03 Par Faustine Calmel, France Bleu Paris et France Bleu

C'est un bien mauvais signe en cette Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, le numéro 39 19 n'a plus les moyens de faire face à l'afflux d'appels. Un sur cinq reste sans réponse,alors que la parole se libère, avec la médiatisation de l'affaire Weinstein.

Campagne de communication autour du 39 19
Campagne de communication autour du 39 19

Paris, France

Le 39 19 n'avait jamais connu ça. Le mois d'octobre a battu le record du nombre d'appels : 5.715 en quatre semaines, contre 4.510 le mois précédent. Effet Weinstein, certaines femmes qui n'avaient jamais osé dénoncer les violences, conjugales notamment, dont elles sont victimes, ont décroché leur téléphone pour raconter leur souffrance. Mais les 25 écoutantes du 39 19 ne sont pas assez nombreuses pour répondre à toutes, et un appel sur cinq reste sans réponse faute de moyens. "Les appels pour violences et harcèlement sexuels au travail ont aussi connu une forte recrudescence" explique François Brié, directrice de la Fédération nationale Solidarité Femmes qui gère ce numéro d'appel d'urgence dans ses locaux du 19ème arrondissement de Paris, "ils ont représenté en octobre 12 % des appels, contre 4,3% pendant toute l'année 2016".

Des paroles, mais aussi des actes

Les 25 écoutantes doivent répondre aux appels 7 jours sur 7, de 9 heures à 22 heures. L'entretien dure en moyenne 30 minutes, et parfois, les femmes sont orientées vers des associations ou des centres d'hébergement pour leur permettre de quitter un conjoint violent. "Tout cela, ça demande du temps, et des moyens. Quand une femme nous appelle, il faut pouvoir la prendre en charge, car on ne sait pas si elle refera la démarche", explique Françoise Brié. "Il y a des prises de position politiques et c'est bien. Il faut aussi des moyens financiers. Nous, par exemple, nous aurions besoin de trois écoutantes supplémentaires".

Emmanuel Macron doit faire ce samedi plusieurs annonces et présenter une série de mesures sur cinq ans pour lutter contre les violences faites aux femmes.