Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'exploit d'un cycliste de 64 ans : parcourir 4.976 kilomètres en 48 jours

mardi 10 juillet 2018 à 15:53 Par Guillemette Franquet, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Dédé, fou de vélo et amoureux des Cévennes, revient d'un périple qui lui a fait découvrir la France. Son point d'arrivée et de départ ? Le camping des Sources de Saint-Jean-du-Gard, le lieu de villégiature de Dédé depuis dix-neuf ans.

"Dédé", accueilli par sa famille émue, au retour de son tour de France à vélo
"Dédé", accueilli par sa famille émue, au retour de son tour de France à vélo © Radio France - Guillemette Franquet

C'était son petit Tour de France à lui. À 64 ans, André Rolland, surnommé affectueusement "Dédé", vient de parcourir près de 5.000 km à vélo. Un voyage en solitaire, le jour à pédaler, la nuit dans les campings, à parcourir le pays qu'il aime : « La France est belle ! », s'extasie Dédé. Le cycliste a longé toutes les frontières de la France, des Pyrénées à Brest, de Bergues aux Vosges, des Alpes à Nice. 48 jours en selle, 60 villes parcourues, ce périple époustouflant concrétise un rêve. Dédé revient bronzé, étonnamment en forme et surtout « heureux » de ce qu'il qualifie comme « un aboutissement, une expérience ».

Des apprentissages et des rencontres

De son périple, Dédé a retenu trois choses. « Les paysages sont tellement beaux », sourit Dédé. Et de cette première découverte, une seconde, beaucoup moins heureuse : 

« C'est la saleté que je trouve sur les routes en France, ce sont des poubelles. Il faut se ressaisir ! On ne peut pas jeter les canettes de bière ou les bouteilles d'eau. »

Mais sur une note plus joyeuse, Dédé parle avec enthousiasme des personnes qu'il a croisées sur son chemin : « On rencontre tout un tas de gens, de façon éphémère parce que ça ne dure pas, mais on sympathise ! » Ce sera parmi ses amis et sa famille qu'il va se reposer après son aventure, au camping des Sources à Saint-Jean-du-Gard, que ce Parisien fréquente chaque été depuis dix-neuf ans.