Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : baisse de chiffre d'affaires de 40% pour les commerçants d'Avignon

mercredi 5 décembre 2018 à 16:46 - Mis à jour le jeudi 6 décembre 2018 à 8:16 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

Les barrages des gilets jaunes ont provoqué une baisse du chiffre d'affaires de 40% en moyenne pour les commerçants d'Avignon. Ils refusent de témoigner au micro après des menaces ou des insultes. La Chambre de commerce et d’industrie a mis en place une cellule d'aide aux entreprises.

Avignon Nord dimanche matin, les gilets jaunes ont tenu le barrage toute la nuit.
Avignon Nord dimanche matin, les gilets jaunes ont tenu le barrage toute la nuit. © Radio France - Daniel Morin

Avignon, France

Le mouvement des gilets jaunes a déjà provoqué une baisse de 40% du chiffre d'affaires pour les commerçants d'Avignon. Certains ont fermé leurs magasins lors des manifestations, renvoyé du personnel ou jeté de la marchandise. La Chambre de commerce et d'Industrie et la préfecture ont monté une cellule d'aide et de soutien. Une centaine de commerçants l'ont déjà sollicitée.

Viande jetée, menaces sur internet et pas de témoignages au micro

Les commerçant d'Avignon sont très inquiets pour l'avenir de leur entreprise. Ils sont aussi très réticents à témoigner. Ils ont parfois fermé leur restaurant le jour où Cap Sud a été bloqué : chiffre d'affaires à zéro ce jour là. Ils ont aussi accordé des congés payés anticipés, modifié des plannings pour réduire de moitié le personnel. Les pertes de chiffre d'affaires ont atteint 80% certains jours. Les fournisseurs et les clients ne passaient pas les barrages des gilets jaunes.

Quelque 80 kilos de steaks hachés ont été "payés mais jetés parce que la salle est vide" confie ce restaurateur d'un centre commercial d'Avignon. Pour un autre commerçant, "60 euros en caisse un dimanche, c'est la catastrophe". Il refuse de témoigner au micro de France Bleu Vaucluse car il a été insulté sur les réseaux sociaux, traité de "bourgeois avec son trésor de commerce". D'autres refusent de témoigner car des gilets jaunes ont cherché l'adresse du domicile des dirigeants de l'entreprise. 

Cette commerçante repousse les médias car "les infos sont trop anxiogènes : je ne veux pas en rajouter". Elle confie toutefois qu'elle a renoncé à employer 50% de son effectif habituel au moment des achats de fin d'année. D'autres commerçants déplorent les barrages des gilets jaunes qui détournent les clients vers les achats sur internet.

Soutien pour échelonner les charges et demandes de dédommagement financier

Une centaine de commerçants de Vaucluse a contacté la cellule d'aide et de soutien de la Chambre de commerce et d'industrie et de la préfecture de Vaucluse. La direction du travail, l'URSAAF, la Banque de France et la cellule de prévention du tribunal de commerce proposent d'échelonner les échéances fiscales et les charges sociales. 

Un soutien moral est aussi proposé aux "commerçants souvent seuls et isolés" mais ce soutien concerne aussi, pour Nadine Balloffet de la CCI de Vaucluse, "les dirigeants d'entreprises plus importantes qui ont besoin d'une aide extérieure confidentielle pour prendre la bonne décision". La CCI de Vaucluse mobilise sept agents pour ce soutien technique et moral. 

"Ça ne servira à rien" s'insurgent des commerçants d'Avignon qui calculent que "l'échelonnement des charges est inutile s'il faut les payer plus tard". Ils veulent demander un dédommagement financier de l'État pour entrave économique.