Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

400 cahiers de doléances collectés par les maires en Alsace : que vont-ils devenir ?

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les cahiers de doléances c'est fini. Tous les exemplaires sont désormais envoyés par les maires alsaciens en préfecture. Les copies doivent être traitées et synthétisées. La sous-préfète de Molsheim, en charge du Grand débat pour le Bas-Rhin, nous explique ce qu'il va advenir de ces cahiers.

Les cahiers de doléances du Bas-Rhin sont remis à la préfecture de Strasbourg par les maires.
Les cahiers de doléances du Bas-Rhin sont remis à la préfecture de Strasbourg par les maires. © Radio France - Solène de Larquier

Nous voici à mi-parcours du grand débat, initié par le gouvernement pour trouver des solutions à cette crise. Et c'est également la date butoir pour rendre les cahiers de doléances appelés "cahiers citoyens" par le gouvernement. Il s'agit de l'un des trois biais par lesquels les citoyens peuvent s'exprimer dans le cadre de la consultation nationale

Les cahiers de doléances ont d'abord lancés début décembre par l'association des maires ruraux avant que l'idée ne soit reprise par le gouvernement lors du lancement du Grand débat mi-janvier qui a demandé aux maires de continuer les cahiers de doléances, tout en ouvrant un site internet et en encourageant l'organisation de débats citoyens à travers le territoire. Depuis le 20 février, tous les maires sont invités à renvoyer les copies pour qu'elles soient traitées et synthétisées.

Un exemple de cahier de doléances dans le Bas-Rhin.
Un exemple de cahier de doléances dans le Bas-Rhin. © Radio France - Solène de Larquier

100 citoyens tirés au sort localement pour émettre des solutions à partir des cahiers de doléances

Sur les 223 cahiers mis à disposition par les mairies du Bas-Rhin, 165 ont été remplis (en totalité ou en partie), 58 sont restés vides. Dans le Haut-Rhin, 257 communes, soit 70% d'entre elles ont également proposé des cahiers de doléances. Pour le moment 200 ont été restitués par les maires haut-rhinois, d'autres sont en chemin selon la préfecture du Haut-Rhin. Cela constitue donc près de 400 cahiers de doléances remplis en Alsace. Ces copies sont maintenant centralisées dans les préfectures des deux départements pour être photocopiées, numérisées et enfin synthétisées au niveau national.  "Tout sera traité à la ligne près, assure Clara Thomas, sous-préfète de Molsheim et référente du Grand débat pour le Bas-Rhin, pour faire une synthèse globale"

Les cahiers de doléances du Bas-Rhin sont remis par les maires à la préfecture de Strasbourg où ils sont traités.
Les cahiers de doléances du Bas-Rhin sont remis par les maires à la préfecture de Strasbourg où ils sont traités. © Radio France - Solène de Larquier

Ensuite, les citoyens seront directement impliqués pour plancher sur les premières restitutions. Dans chaque région ou département - ce n'est pas encore arrêté - 100 personnes seront tirées au sort pour discuter de solutions possibles. "Ils commenceront à travailler par atelier, avec des animateurs spécialisés, par rapport à ces premiers retours. Il y aura vraiment un travail participatif pour trouver éventuellement des solutions à partir de ce qu'il ressort des cahiers." détaille Clara Thomas. 

En Alsace, ces ateliers auront lieu les 22 et 23 mars à Strasbourg.  Les synthèses finales des cahiers de doléances et des débats citoyens doivent être rendues publiques mi-avril selon la sous-préfète de Molsheim, mais l'on ne sait pas encore quelles formes prendront les réponses concrètes du gouvernement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess