Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

5 ans du mariage pour tous : des nouvelles des premiers mariés de la région

mardi 24 avril 2018 à 5:30 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Il y a cinq ans, le 23 avril 2013, la France adoptait une loi permettant d’unir des personnes de même sexe. Cinq semaines plus tard, le premier mariage gay de la région était célébré à Boulogne. Depuis, 600 mariages pour tous sont prononcés chaque année dans les Hauts-de-France.

Stéphane de Sainte-Maresville et Lionel de Coster, premier couple à bénéficier du mariage pour tous, il y a 5 ans à Boulogne-sur-mer.
Stéphane de Sainte-Maresville et Lionel de Coster, premier couple à bénéficier du mariage pour tous, il y a 5 ans à Boulogne-sur-mer. © Radio France - Matthieu Darriet

Boulogne-sur-Mer, France

Des noces de bois pour le mariage pour tous.  Il y a cinq ans, la France autorisait les mariages entre personnes de même sexe. Les premiers dans la région, Lionel de Coster et Stéphane de Sainte-Maresville, 43 et 50 ans, ont été unis, à Boulogne-sur-mer, par le ministre Frédéric Cuvilier.  Nous les avons retrouvés, 5 ans après.

Dans un tiroir de leur maison, les deux hommes ont désormais un petit carnet, un livret de famille. Ils étaient en couple depuis longtemps, alors ce mariage n’a rien changé pour eux, en dehors du regard des autres. "C'est une normalisation, raconte Stéphane. On voit de plus en plus d'hommes et de femmes, en couples, s'afficher clairement dans la rue. Cela devient normal. Avant, deux hommes ou deux femmes, dans une maison, les voisins vous regardaient un petit peu de travers ; le mariage a adoucit un peu ça."

Il y a moins de regards, moins de reproches. Il n'y a pas de mauvais mots à notre sujet, raconte Stéphane.

Lionel raconte, lui, qu’il y a encore beaucoup d’homophobie, mais aussi une certaine provocation des jeunes générations d'homosexuels. Ce qui a surtout changé dans leur vie, c’est ce restaurant qu’ils ont ouvert à Cucq, leur bébé, en quelque sorte. "Cela nous a resserré. Pendant six mois, on a fait les travaux. Ensuite on a ouvert. Travailler ensemble c'est pas évident, mais on s’entend bien, et on s’engueule, comme tout couple. " Dans ce restaurant, Stéphane en cuisine, et Lionel en salle, le couple a mis tout sa personnalité. Seul regret : ne pas l’avoir fait plus tôt.