Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

5 nouvelles communes voient le jour ce 1er janvier en Haute-Vienne et en Corrèze

mardi 1 janvier 2019 à 17:56 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Cinq nouvelles communes ont fait leur apparition ce 1er janvier 2019 en Haute-Vienne et en Corrèze. Elles s'appellent Val d'Oire et Gartempe ou encore Lagarde-Marc-la-Tour, et toutes sont nées de la fusion de plusieurs villages. Cette tendance est de plus en plus marquée en zone rurale.

Avec Roussac et Saint-Symphorien-sur-Couze, Saint Pardoux forme désormais "Saint Pardoux le Lac"
Avec Roussac et Saint-Symphorien-sur-Couze, Saint Pardoux forme désormais "Saint Pardoux le Lac" © Radio France - Jérôme Edant

Limousin, France

Ce 1er janvier 2019, 5 nouvelles communes ont vu le jour en Haute-Vienne et en Corrèze. Des communes nouvelles, certes, mais pas sorties de nulle part : elles sont issues de la fusion de plusieurs villages bien souvent ancestraux.

Les 2 nouvelles communes du 1er janvier 2019 en Haute-Vienne

  • Saint Pardoux le Lac (Saint Pardoux, Saint Symphorien sur Couze et Roussac)
  • Val d'Oire et Gartempe (Bussière-Poitevine, Saint Barbant, Darnac et Thiat)

.

Les 3 nouvelles communes du 1er janvier 2019 en Corrèze

  • Beaulieu sur Dordogne (Beaulieu sur Dordogne, Brivezac)
  • Lagarde-Marc la Tour (Lagarde Enval, Marc la Tour)
  • Laguenne sur Avalouze (Laguenne, Saint Bonnet Avalouze)

.

Une question de survie pour des petites communes rurales

Cette tendance s'accélère dans nos zones rurales, où de petites communes décident ainsi de se réunir pour devenir un peu plus grosses, donc un peu plus fortes, et en tirer quelques avantages. Pour elles, qui perdent régulièrement de la population et du dynamisme, c'est presque une question de survie.

Dans le nord de la Haute-Vienne par exemple, à Val d'Oire et Gartempe, la maire de Saint Barbant, Christine Séguy, et son conseil municipal n'ont pas longtemps hésité quand les communes voisines ont proposé de réfléchir à une fusion.

"On s'aperçoit que dans nos communes vieillissantes, c'est de plus en plus difficile de trouver des conseillers municipaux et un maire, donc en fusionnant nos 4 communes ça nous fait une population plus importante et ça permet de faire survivre tout ce qu'il y a autour de nous y compris notre école, et d'avoir des projets en commun" explique l'élue.

Les communes fusionnées s'y retrouvent également au niveau finances, plus en plus tendues. Avec ce rapprochement, la nouvelle commune touchera plus d'aides, peut réduire ses charges et mettre tous les agents municipaux en commun.

Il faut respecter un bassin de vie"  -  Roger Chassagnard, maire de Laguenne

Mais pour que ça marche, certains élus y voient une condition : "Il faut travailler par bassin de vie, ne pas avoir de grosses structures et conserver la proximité avec nos administrés", explique Roger Chassagnard, maire de Laguenne (près de Tulle), commune désormais réunie avec Saint Bonnet Avalouze.

En préservant la proximité, chaque commune et chaque habitant devrait donc s'y retrouver. Mais surtout, ces communes-là auront choisi leur union. Et évité un mariage forcé, si un jour l'Etat le décide.