Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mai-68

VIDEO - 50 ans après, les Limousins racontent leur Mai-68

lundi 7 mai 2018 à 5:08 - Mis à jour le jeudi 10 mai 2018 à 10:30 Par Françoise Ravanne et Isabelle Gaudin, France Bleu Limousin

Ils étaient ouvriers, cheminots, syndicalistes, lycéens ou paysans et ils se sont retrouvés au cœur des événements de Mai-68. C'était il y a 50 ans. La fronde est arrivée jusqu'en Limousin et notamment à Limoges où la gréve a gagné les principales usines. Aujourd'hui encore beaucoup se souviennent.

Le 13 mai 1968, première grande manifestation à Limoges
Le 13 mai 1968, première grande manifestation à Limoges - © Institut d'histoire sociale CGT Limousin

Limoges

Il y a 50 ans, en mai et juin 1968, un immense mouvement de révolte secoue la France.Toute la semaine, retrouvez les étudiants qui ont mené la fronde mais aussi les ouvriers, les cheminots, tous les salariés qui ont suivi le mouvement en Limousin.

20 mai 1968 : un drapeau rouge sur le toit de la gare de Limoges

Le 20 mai 1968, les habitants de Limoges découvrent sur l'un des monuments emblématiques de la ville un drapeau rouge. Une initiative de deux jeunes cheminots, Jean-Louis Escarfail et Roland Blanchet, qui étaient allés la veille acheter 20 mètres-carré de tissu rouge aux nouvelles galeries avant de le monter une fois cousu, en haut du campanile de la gare. Une action symbolique au cœur de la tourmente de mai 68 et que Max Grimaux raconte.  A l'époque, il encadrait la commission des jeunes cheminots CGT. 

Drôle de bac pour Michèle Jarraud, élève dans un lycée de Limoges

Michèle Jarraud était en terminale au lycée de jeunes filles Léonard Limousin à Limoges. Comme ses camarades de classe, elle était en pleine révision avec l'espoir de décrocher son bac avec une mention très bien. Mais c'était sans compter sur les événements de Mai-68. Les cours ont cessé dans son lycée et le bac s'est soldé par le passage d'une seule épreuve orale. Michèle Jarraud, élève de la promo 68 n'a pas oublié cette année scolaire bien particulière.

Jusqu'à 20.000 personnes dans les rues de Limoges en Mai-68

Limoges est à son tour gagnée par la grève générale. Une grève de plusieurs semaines rythmée par des manifestations qui rassemblent des milliers de personnes dans les rues. On compte jusqu'à 20.000 participants le 24 mai. Mais c'est le 13 mai que se déroule la première grande manifestation à Limoges. C'est une première pour de nombreux jeunes militants. André Maupin qui travaillait dans une imprimerie et militait au syndicat du livre avec la CGT se souvient de cet immense élan populaire. "J'ai découvert le Tous ensemble lors de ma première grande manifestation le 13 mai 68", raconte 50 ans plus tard André Maupin.

La Saviem : première usine de la Haute-Vienne occupée en Mai-68

A Limoges, les mouvements de gréve ont gagné le monde ouvrier. La Saviem devenue par la suite RVI  a été la première entreprise de la Haute-Vienne à se mettre en grève et surtout à être occupée. Une période qu'a vécue René Poumérouly, jeune ouvrier de 25 ans à l'époque. "Il y avait beaucoup de jeunes qui venaient d'être embauchés à l'usine et ils ont amené leur fougue pour faire valoir nos revendications", raconte t-il. "Un espoir était en train de naître". Sur le site de la Saviem, route du Palais, la gréve a duré 27 jours.

Il était photographe et a suivi les temps forts de Mai-68 à Limoges

En Mai-68 Paul Colmar était jeune photographe de presse à Limoges pour Centre Presse. Il a couvert pendant plusieurs semaines les événements. Des assemblées générales dans les usines ou à la maison du peuple... Ou encore dans la rue au cœur des cortèges de manifestants. L'essentiel était d'être au bon endroit au bon moment pour faire les meilleurs clichés. Il se souvient surtout d'avoir saisi sur sa pellicule un cache cache entre les étudiants. C'était à la faculté de droit place du Présidial. Des étudiants non grévistes s'étaient introduits dans le bâtiment pour passer leurs examens. "Ils se sont ensuite échappé par une porte dérobée sous les huées de jeunes manifestants" raconte Paul Colmar.

En Corrèze un collectionneur expose des affiches de mai 68

C'est à Chirac-Bellevue en Corrèze que ce dimanche 13 mai sont exposées des dizaines d'affiches originales de mai 68. Elles avaient été réalisées pour la plupart par les étudiants des beaux-arts de Paris. C'est Daniel Benoit un habitant de la commune, à l'époque jeune ouvrier de l'usine Citroën Javel à Paris qui les a gardées précieusement toutes ces années. 

Le corrézien Daniel Benoit, collectionneur d'affiches de mai 68 - Radio France
Le corrézien Daniel Benoit, collectionneur d'affiches de mai 68 © Radio France - Philippe Graziani