Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : MONTPELLIER HÉRAULT : TOUTE LA SAISON 2018-19

500 à 600 supporters nîmois prévus à La Mosson pour un derby à haut risque

vendredi 14 septembre 2018 à 6:05 Par Pascale Viktory, France Bleu Gard Lozère et France Bleu Hérault

Pour l'heure, la préfecture de l'Hérault opte pour la venue de 500 à 600 supporters nîmois au stade de La Mosson pour le derby entre le MHSC et le Nimes-Olympique le 30 septembre prochain .

Mhsc-Dijon au stade de la Mosson, 11 août 2018
Mhsc-Dijon au stade de la Mosson, 11 août 2018 © Maxppp - RICHARD DE HULLESSEN

Montpellier, France

C'est le match à haut risque de la saison à La Mosson : le derby entre le MHSC et le Nimes-Olympique dans le cadre de la 8e journée de Ligue 1, le dimanche 30 septembre à 17h. Pour l'heure, la préfecture de l'Hérault n'a pas prévu d'interdire les supporters nimois de stade comme ça a été le cas des Stephanois, plusieurs années de rang, après de violents affrontements en centre-ville de Montpellier en 2009. Elle part sur "un déplacement encadré exclusivement en bus de 500 à 600 supporters nîmois", nous a confirmé Mahamadou Diarra , le directeur de cabinet du Préfet de l' Hérault.

C'est le match des frères ennemis, sur le plan sportif, mais surtout ce qui est le plus à craindre de la rivalité entre les clubs de supporters, exacerbée par les provocations et les accusations respectives de vol de banderoles, celle des nîmois à Lorient et celle de Butte Paillade dans son local en mai dernier.

Un match aussi attendu que redouté 

La préfecture de l’Hérault travaille depuis plusieurs semaines sur ce match, avec la préfecture du Gard. Exceptionnellement, des réunions ont déjà eu lieu avec les services de police, de gendarmerie et les responsables de la sécurité des deux clubs "qui sont prêts à coopérer, affirme le directeur de cabinet du préfet de l'Hérault : "Ils s'engagent à mettre aussi de leurs côtés des moyens de sécurité importants." 

Le derby doit rester une fête 

"Pour l'heure c'est notre base de travail, mais nous sommes à deux semaines du match et nous serons très attentifs aux comportements des supporters pendant les matchs à venir et sur les réseaux sociaux, prévient Mahamadou Diarra , le directeur de cabinet du Préfet. Sachant que si des éléments objectifs de risque de trouble à l'ordre public apparaissent, d'autres décisions comme des interdictions de stade pourraient être prises."

Mahamadou Diarra en appelle à la responsabilité de tous pour que ce match prévu un dimanche après-midi reste "une fête familiale à laquelle des parents et leurs enfants pourront venir sans risque".

La préfecture de l'Hérault prévient aussi que la venue de supporters "isolés", arborant les couleurs du Nimes-Olympique (maillot, écharpe, drapeaux) en centre-ville de Montpellier le jour du match sera interdite et donc passible d'amende.