Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cinq cents jeunes pris en charge par le Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) en Savoie et Haute-Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie
Meythet, France

La Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) ouvrait ses portes en début de semaine dans l’agglomération d’Annecy, en Haute-Savoie. La PJJ est une abréviation qu'on lit dans des romans policiers ou qu'on entend dans des films, mais c'est une réalité pour des centaines de jeunes en Pays de Savoie.

© Maxppp

"C’est une deuxième chance pour nous" Ciprian, 16 ans

La Protection Judiciaire de la Jeunesse concerne les mineurs en difficulté. Ce sont des dispositifs pour les soutenir : les foyers, les éducateurs référents, les unités d'insertion. Ce sont des dispositifs pour éviter les centres éducatifs fermés et pour favoriser la réinsertion. Environ 500 jeunes sont "suivis"  en Savoie et en Haute-Savoie chaque année.

reportage à l'unité insertion de la PJJ avec Kévin et Ciprian

L'atelier du local de l'unité insertion
L'atelier du local de l'unité insertion © Radio France - Anabelle GALLOTTI

70éme anniversaire de l’Education Surveillée.

Ce lundi, l’unité insertion de la protection judiciaire de la jeunesse ouvrait ses portes aux élus locaux, aux avocats, aux magistrats, une façon de célébrer le 70éme anniversaire de l’Éducation Surveillée. C'était l'occasion de rencontrer les jeunes pris en charge ainsi que leurs éducateurs. Cette unité accueille une quanrantaine de jeunes par an. 70 % d'entre eux sont là sur décision de justice suite à des actes de délinquance, 30 % sont orientés par le conseil départemental ou les établissements scolaires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess