Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

60 demandeurs d'asile toujours sans solution d'hébergement à Cherbourg

lundi 11 mars 2019 à 16:07 Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin

A Cherbourg, Itinérance lance l'alerte sur le durcissement des conditions d'accueil pour les demandeurs d'asile depuis le vote de la loi asile, publiée au JO le 11 septembre 2018

Dans la Manche on estime à 500 le nombre de demandeurs d'asile
Dans la Manche on estime à 500 le nombre de demandeurs d'asile © Radio France - Jacqueline FARDEL

Cherbourg, France

L'association dénonce des conditions d'hébergements indignes et des démarches administratives de plus en plus compliquées.

A Cherbourg aujourd'hui, 60 demandeurs d'asile qui ont le droit à un hébergement sont sans solution. Certains sont hébergés par des bénévoles ou grâce à un financement solidaire, les autres appellent le 115 et se retrouvent dans des conditions précaires. Il y a toujours aussi la "jungle", le squat Nordez, où vivent entre 10 et 15 personnes, essentiellement des hommes isolés et en majorité afghans.

Démarches administratives de plus en plus longues et coûteuses

Par ailleurs, avec la régionalisation, les démarches pour les migrants relevant de la circulaire Dublin sont depuis le mois d'octobre 2018 centralisées à Rouen -au lieu de Saint-Lô- ce qui multiplie les transports et les coûts explique Claudie Rault-Verprey, de l'association Itinérance:  "Entre Cherbourg et Rouen il faut prendre le train, 

ça revient à 475 euros par mois pour des gens qui n'ont aucune ressource quand ils arrivent sur le territoire français. 

Nous demandons le retour à la situation antérieure, c'est à dire des convocations à la préfecture de Saint-Lô, .où les personnes peuvent aller en bus pour 2,10 euros. Écologiquement et économiquement c'est beaucoup mieux."

Claudie Rault-Verprey, de l'association Itinérance - Radio France
Claudie Rault-Verprey, de l'association Itinérance © Radio France - Jacqueline FARDEL

Sur ces dossiers, l'association Itinérance attend un rendez vous avec le préfet de la Manche et organise un thé de la solidarité place Jacques Hébert à Cherbourg à 11h.

Dans la Manche on estime aujourd'hui à 500 le nombre de demandeurs d'asile