Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Société

600 lycéens jeudi matin dans les rues de La Rochelle, et encore des dégradations

jeudi 6 décembre 2018 à 16:41 Par Julien Fleury, France Bleu La Rochelle

Au quatrième jour de la mobilisation des lycéens, le mouvement rochelais ne s’essouffle pas. Près de 600 jeunes ont battu le pavé jeudi matin, pour un tour des établissements. Rues bloquées, feux de poubelles, bus dégradé... trois personnes ont été interpellées.

Manifestation de lycéens ce mardi devant le lycée Dautet de La Rochelle
Manifestation de lycéens ce mardi devant le lycée Dautet de La Rochelle © Radio France - Gérald Paris

La Rochelle, France

Les policiers rochelais y voient un "effet d'entraînement" provoqué par le conflit des gilets jaunes : le cortège de lycéens qui a traversé ce jeudi matin le centre-ville de La Rochelle, a encore été émaillé de dégradations parfois violentes. Trois jeunes ont été interpellés.

Les lycéens dénoncent la réforme du bac et le système d'admission dans les études supérieures Parcoursup. Leur cortège s'est formé aux abords du lycée Valin, avec des renforts venus des lycées professionnels Doriole et Rompsay. Au total, ce sont 600 jeunes qui sont descendus en cortège vers le centre-ville, avec pour objectif d'emmener avec eux les élèves d'autres établissements. Un groupe noyauté selon la police par des "trublions", d'autres jeunes qui ne sont pas lycéens mais cherchent à profiter de la situation pour commettre des dégradations.

Un bus pris pour cible à l'arrêt Jean-Moulin

Premier incident au pied du pont Jean-Moulin, à l'arrêt du même nom : un bus Yelo a été pris pour cible. Lunette arrière et vitre de côté cassées, pneu crevé. La direction de la RTCR (Régie des transports rochelais) "condamne cet acte irresponsable" et salue le "sang-froid" du conducteur. Aucun blessé n'est à déplorer.

Feu de poubelles devant le lycée Fénelon

Les lycéens sont ensuite passés devant le lycée privé Fénelon-Notre Dame, où des conteneurs ont été brûlés devant les grilles. Une voiturette aurait également été retournée dans la rue. Par précaution, la cheffe d'établissement a préféré fermer le lycée, et renvoyer ses élèves chez eux. Le lycée restera fermé pour la journée de vendredi, alors que de nouveaux appels à manifester ont été lancés sur les réseaux sociaux au départ de la place de Verdun.

Selon la préfecture de la Charente-Maritime, un policier a été blessé lors de cette manifestation. Au total, trois jeunes (un majeur et deux mineurs) ont été conduits au commissariat pour y être placés en garde à vue. Il s'agit d'un jeune contrôlé avec un couteau sur lui, un autre interpellé alors qu'il s'attaquait au bus, et un troisième en train d'allumer un feu de poubelle. Un autre lycéen a été placé ce jeudi matin en centre éducatif fermé, interpellé la veille aux abords du lycée Saint-Exupéry en train de confectionner un cocktail Molotov avec de l'acide chlorhydrique et une recette trouvée sur Internet, alors qu'il était déjà dans le collimateur de la justice. 

Le préfet interdit la vente de pétards et de produits chimiques

Et justement, pour limiter l'accès des jeunes à ces substances dangereuses, le préfet de la Charente-Maritime, Fabrice Rigoulet-Roze, interdit jusqu'à lundi matin la vente de pétards, et surtout de bouteilles ou bidons contenant des produits chimiques, inflammables ou explosifs.