Société

65% des Français sont favorables au maintien de la loi sur le mariage pour tous

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 14 septembre 2016 à 10:55 Mis à jour le mercredi 14 septembre 2016 à 17:17

Le mariage pour tous a été voté en 2013
Le mariage pour tous a été voté en 2013 © Maxppp - MaxPPP

La loi sur le mariage pour tous doit être maintenue pour 65% des personnes interrogées dans un sondage révélé mercredi par France Info et Le Monde. Plusieurs candidats à la primaire de droite pour la présidentielle remettent cette loi en cause.

La loi Taubira, votée en 2013 et qui autorise le mariage pour les personnes de même sexe, n'est pas à remettre en cause selon une majorité de Français interrogés dans un sondage révélé mercredi par France Info et Le Monde. Ils sont 65% à se dire favorables au maintien de cette loi, alors que plusieurs candidats à la primaire de droite ont récemment annoncé que s'ils accédaient à la présidence de la République, ils modifieraient ou supprimeraient ce texte.

La vision de la famille évolue dans notre société

Ce sondage Ifop affirme que "l’homosexualité et l’homoparentalité sont de plus en plus acceptées dans la société". Pour 63 % des personnes interrogées, un couple d’homosexuels vivant avec ses enfants "constitue une famille à part entière".

"Les femmes, les jeunes, les plus diplômés, les cadres et professions intellectuelles apparaissent plus favorables aux droits des homosexuels" dans cette enquête d'opinion. "Le fait de côtoyer un homosexuel, que ce soit dans la famille, parmi les proches amis ou les connaissances, fait fortement grimper l’adhésion à loi Taubira et à des réformes en faveur de la filiation homosexuelle" ajoute l'Ifop.

La PMA élargie aux couples de femmes homosexuelles ? 

Ils sont 53% parmi les électeurs Les Républicains à souhaiter (selon ce sondage commandé par l'Association des familles homoparentales) que le prochain président de la République maintienne la loi sur le mariage pour tous.

Mais les sympathisants du parti Les Républicains sont 43% à être favorables à l'élargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes homosexuelles, contre 59% au niveau national.