Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

70 ans après "l'incendie du siècle" en Gironde, ce qui a changé dans la lutte contre les feux de forêt

Il y a 70 ans, un incendie parti d'une scierie de Saucats en Gironde ravageait 52 000 hectares de végétation en Gironde et dans les Landes. La catastrophe a fait 82 morts. Après le drame, l'organisation des secours a considérablement évolué.

Photo d'archives de "l'incendie du siècle" en 1949
Photo d'archives de "l'incendie du siècle" en 1949 © Maxppp - Maxppp

Cestas, France

On l'appelle "l'incendie du siècle". Le 19 août 1949, il y a 70 ans, le feu part d'une scierie de Saucats, en Gironde. En six jours, 52 000 hectares de végétation flambent et 82 personnes perdent la vie dans le secteur de Cestas, point final d'une décennie marquée par la succession d'épisodes de sécheresse et de feux de forêt. C'est à ce jour le feu de forêt le plus meurtrier de France. La catastrophe a donné un véritable coup d'accélérateur à la prévention des incendies dans le massif des Landes de Gascogne.

La forêt des Landes de Gascogne, la plus grande cultivée en Europe, est désormais l'une des mieux entretenues et des plus sécurisées. Pour preuve, si la Gironde détient toujours le triste record du nombre de départs de feu en France : 1 500 par an environ, à peine 1 800 hectares partent en fumée, chaque année. "C'est le fruit de cette organisation mise en place depuis les grands incendies", souligne Pierre Macé, directeur de l'Association régionale de DFCI.

Ce qui a changé depuis 1949

Dans la foulée du drame, les corps de sapeurs-pompiers forestiers ont été généralisés en Gironde, dans les Landes, et le Lot-et-Garonne. S'est également développée la collaboration entre les associations d'exploitants forestiers, les DFCI (Défense des forêts contre les incendies) et les pouvoirs publics. Aujourd'hui, les bénévoles des DFCI ont une action très complémentaire de celle des pompiers dans la prévention et la lutte contre les feux de forêt. 

Ils entretiennent notamment les pistes d'accès au massif et les points d'eau. Le massif des Landes de Gascogne est aujourd'hui doté de 42 000 kilomètres de pistes, d'allées pare-feu et de sentiers d'accès et 5 000 points d'eau. "Une forêt entretenue, valorisée, c'est une forêt protégée", témoigne Pierre Macé à l'AFP. 

Les facteurs de risque actuels

Il existe aujourd'hui deux points de vigilance majeurs. D'abord, la promiscuité accrue entre la forêt et l'homme, "une augmentation de l'interface homme-forêt, avec de plus en plus de monde qui habite, se déplace au sein du massif", explique le directeur de l'association régionale de DFCI. Et c'est extrêmement problématique quand on sait que 94% des feux de forêts sont liés à l'activité humaine.

Deuxième facteur de risque : les jeunes peuplements de pins, plantés après les grosses tempêtes de 1999 et 2009. "On sait que jusqu'en 2030, on a 350 000 hectares de jeunes pins, soit un tiers du massif, particulièrement vulnérables aux incendies". En cause : les branches proches du sol qui accroissent le risque de propagation des flammes du sol à la cime et aussi la densité de ces arbres qui rend l'accès plus difficile aux pompiers.

Choix de la station

France Bleu