Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

70 chaises vides à Montpellier, en hommage aux morts sur les routes de l'Hérault

-
Par , France Bleu Hérault

En plein coeur du quartier Antigone à Montpellier, une table de 25 mètres de long entourée de 70 chaises vides. C'était l'action symbolique du collectif Justice pour les victimes de la route ce dimanche, pour rendre hommage aux 70 morts dans l'Hérault en 2018.

Cathy Bourgoin a perdu son fils de 22 ans dans un accident de moto
Cathy Bourgoin a perdu son fils de 22 ans dans un accident de moto © Radio France - Sophie Eychenne

Montpellier, France

L'action aurait dû se dérouler samedi sur l'Esplanade à Montpellier, mais elle a été décalée à cause de la manifestation des Gilets Jaunes. Dimanche, le collectif Justice pour les victimes de la route a donc installé une table de 25 mètres de long entourée de 70 chaises vides sur la place Paul Bec, dans le quartier Antigone. Sur la nappe noire, 70 assiettes en carton, et les 70 prénoms des victimes de la route dans le département en 2018.

"On est les oubliés de la société."

Cathy Bourgoin préside le collectif. Elle dénonce un manque d'égard de la société face à ce problème et souhaiterait une journée d'hommage aux victimes de la route. "Il y a une journée pour les victimes des attentats, et c'est bien normal. Mais pourquoi nous, nous n'en avons pas ?", interroge-t-elle.

"Je ne veux plus que des familles vivent ce mépris."

Cathy Bourgoin a elle-même perdu son fils dans un accident de la route il y a dix ans. Il était âgé de 22 ans. Faute de témoins, l'affaire a été classée sans suite. "Il n'y a aucune reconnaissance, on est les oubliés de la société et des pouvoirs publics", dénonce-t-elle. "Mais on continuera à le dénoncer, on ne lâchera pas. Je ne veux plus que des familles vivent ce mépris qu'on subit".

Changer les comportements au volant

Selon la présidente du collectif, il faudrait déjà commencer par changer les comportements sur les routes. "On pourra baisser la vitesse à 50, 40, même 20 km/h... Certaines personnes n'en ont rien à cirer", déplore-t-elle. "Il faut que les gens prennent conscience que la route tue".

"Il faut que les gens prennent conscience que la route tue."

Entre janvier et mars 2019, déjà 13 personnes sont mortes sur les routes du département.