Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

TEMOIGNAGE - 75 ans après, les Malgré-Nous, toujours incompris en France

jeudi 24 août 2017 à 17:59 Par Céline Rousseau et Olivier Vogel, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

75 ans après la publication du décret instaurant l'incorporation de force des Alsaciens dans la Wehrmacht, cette part de l'histoire reste méconnue en France. Les Malgré-Nous doivent encore et toujours se justifier sur leur incorporation dans l'armée allemande.

Emile Roegel, incorporé de force à 17 ans.
Emile Roegel, incorporé de force à 17 ans. © Radio France - Olivier Vogel

Alsace, France

Ce vendredi 25 août marque le 75e anniversaire du décret Gauleiter Robert Wagner. Le 25 août 1942, il instituait l'incorporation de force des Alsaciens dans la Wehrmacht. 100.000 Alsaciens furent enrôlés. 35.000 ont été tués, plus de 30.000 blessés.

Pourquoi vous n'avez pas déserté ?" - la question qui fait siffler les oreilles des incorporés de force

Parmi ces Malgré-Nous, se trouvait Emile Roegel. Ce Strasbourgeois a été enrôlé dans la Wehrmacht à 17 ans, en 1943. On nous dit souvent "pourquoi n'avez-vous pas déserté ?", raconte-t-il. "Notre but était de subir et de s'évader quand on pourrait. On ne s'évade pas quand on veut, ce n'est pas si simple. Il y avait la menace de se venger sur les familles". Emile Roegel est parvenu à s'échapper en 1944 en Roumanie, quand l'armée allemande s'est effondrée. Il a ensuite été détenu dans le camp soviétique de Tambov.

Emile Roegel, Malgré-Nous : "on ne s'évadait pas comme ça, ce n'était pas si simple"

Emile Roegel a peint à l'aquarelle le soldat russe à qui il s'est rendu en Roumanie, après son évasion de la Wehrmacht.  - Radio France
Emile Roegel a peint à l'aquarelle le soldat russe à qui il s'est rendu en Roumanie, après son évasion de la Wehrmacht. © Radio France - Olivier Vogel

En France, on a jamais pris en compte l'incorporation de force" - l'historien Eugène Riedweg

Souvent les Malgré-Nous alsaciens et mosellans ont été considérés ailleurs en France comme des engagés volontaires. Pour l'historien alsacien Eugène Riedweg, spécialiste de l'incorporation de force "la France a jeté un voile sur toute la période de la Seconde guerre mondiale. La France avait beaucoup de choses à se reprocher : la collaboration, les volontaires français dans l'armée allemande, et même dans les SS. C'est De Gaulle lui même qui le voulait à la Libération, il fallait refaire l'unité du pays et c'est comme ça que les Alsaciens sont passés à l'as".

Soixante quinze ans après, l'Eglise catholique d'Alsace s'associe à cette commémoration. Les curés de toutes les paroisses alsaciennes sont appelés faire sonner le glas ce vendredi à 18h.