Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : 75e anniversaire du Débarquement

75e anniversaire du Débarquement : et si Donald Trump venait à Sainte-Mère-Eglise ?

vendredi 12 avril 2019 à 16:51 Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le président des Etats-Unis Donald Trump a annoncé jeudi qu'il viendrait en Normandie pour les commémorations du 75e anniversaire du Débarquement allié. Pour le moment, on ignore encore le lieu. Mais on se prépare à toute éventualité, comme à Sainte-Mère-Eglise.

Dans le bureau du maire, Jean Quétier, cette photo souvenir de la dernière visite d'un président américain à Sainte-Mère-Eglise : G. W. Bush en mai 2002
Dans le bureau du maire, Jean Quétier, cette photo souvenir de la dernière visite d'un président américain à Sainte-Mère-Eglise : G. W. Bush en mai 2002 © Radio France - Pierre Coquelin

Sainte-Mère-Église, France

"J'y serai, j'y serai". Le Président des Etats-Unis en a fait la promesse à des vétérans de la Seconde guerre mondiale : Donald Trump se rendra en Normandie pour les commémoration du Débarquement allié du 6 juin 1944. Mais, à moins de deux mois du DDay, on ne connaît toujours pas la durée, le lieu ni le déroulé de sa visite dans la région. Depuis 1978, chaque président américain est venu au moins une fois en Normandie. 

Dans les lieux symboliques de la bataille de Normandie, on se prépare à toute éventualité. Comme à Sainte-Mère-Eglise, où des troupes américaines ont été parachutées dans la nuit du 6 juin 1944. Pour le maire, Jean Quétier, cette venue est une bonne chose. "Je m'en réjouis. Donald Trump est certainement controversé. Mais, c'est le président des Etats-Unis, élu par les Américains. A ce titre là, je crois qu'on n'a pas à s’immiscer dans la politique intérieure américaine. Il est normal qu'il soit accueilli comme un chef d'Etat étranger, un chef d'Etat américain, et donc un chef d'Etat ami", explique le maire. 

Un président "spécial", mais "pas un dictateur"

A l'heure des hypothèses sur le lieu de sa visite normande, chacun s'interroge. Car au-delà du président, c'est un personnage qui débarque. "Il est spécial quand même", note Auguste. "Non, ce n'est pas une bonne chose, explique René, un habitant de Sainte-Mère, avec les propos qu'il tient, il n'a rien à faire là. ça ne va pas plaire à tout le monde". Ne pas plaire à tout le monde, c'est sûr, "mais ce n'est pas un dictateur non plus", ajoute Frédéric, qui tient une boutique de militaria. "C'est vrai qu'il est assez polémiste, avec ses petites phrases sur Twitter. Mais il va peut-être se domestiquer (sic)", sourit un commercial en spiritueux, originaire de Saint-Hilaire-du-Harcouët. 

Donald Trump est certainement controversé. Mais, c'est le président des Etats-Unis, élu par les Américains. A ce titre là, je crois qu'on n'a pas à s’immiscer dans la politique intérieure américaine. Il est normal qu'il soit accueilli comme un chef d'Etat étranger, un chef d'Etat américain, et donc un chef d'Etat ami

Une personnalité qui fait réagir, c'est sûr. Mais on doit aller au-delà de ça selon le maire de la commune. "Bien sûr, il est le bienvenu à Sainte-Mère s'il vient ! Nous avons des contacts avec l'ambassade des Etats-Unis pour préparer le 75e anniversaire. C'est une hypothèse qui a été envisagée. On s'adaptera s'il souhaite venir jusqu’à nous. Mais ça ne bouscule en rien notre organisation", confie Jean Quétier. 

La dernière venue à Sainte-Mère d'un président des Etats-Unis en exercice remonte au 27 mai 2002 : George W. Bush, accompagné de Jacques Chirac, s'était rendu dans le village manchois à l'occasion du Memorial Day.