Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Huit grenades découvertes en un an dans l'Eure à Acquigny : le maire interdit la baignade

En un an, huit grenades de la Seconde guerre mondiale ont été découvertes dans la rivière l'Eure à Acquigny près de Louviers. Le maire a pris un arrêté interdisant la baignade et la pêche à l'aimant et des opérations de dragage vont avoir lieu.

Le maire Patrick Collet et ses adjoints, Guy Gilet et Yann Le Cossec, espèrent pouvoir lever rapidement l'interdiction de baignade.
Le maire Patrick Collet et ses adjoints, Guy Gilet et Yann Le Cossec, espèrent pouvoir lever rapidement l'interdiction de baignade. © Radio France - Noémie Lair

Acquigny, France

L'Histoire remonte à la surface à Acquigny près de Louviers dans l'Eure ! Huit grenades de la Seconde guerre mondiale ont été repêchées en un an dans la rivière, comme le révèle La Dépêche de Louviers. La dernière a été découverte puis détruite le 30 juillet 2019. "Cette grenade, si elle explose, a un rayon de 60 mètres", indique Patrick Collet, le maire de la commune. 

Ce secteur était au coeur des affrontements lors de la Seconde guerre mondiale et de nombreuses grenades y avaient été retrouvées. - Radio France
Ce secteur était au coeur des affrontements lors de la Seconde guerre mondiale et de nombreuses grenades y avaient été retrouvées. © Radio France - Noémie Lair

Le danger est donc réel. Même les démineurs ont refusé de déplacer la dernière grenade retrouvée et ont préféré la faire exploser sur place. Elle avait été découverte par un jeune qui pêchait à l'aimant : "au bout d'une canne à pêche, les jeunes mettent un aimant et essayent de ramasser des objets métalliques", explique le maire.

Une pratique qui peut être très dangereuse si on tombe sur ce genre d'engin explosif. Alors pour éviter un drame, le maire a décidé de prendre un arrêté interdisant la baignade, la pêche à l'aimant et l'accostage des canoës. Il est en vigueur au moins jusqu'aux opérations d'exploration, de sécurisation du site et de dragage prévues le 20 ou le 21 août puis en septembre. Elles doivent permettre de repérer et d'éliminer tout danger.  

Une interdiction plus ou moins respectée

En attendant, le maire de la commune déplore que son arrêté ne soit pas suivi par tout le monde. "Les jeunes qui viennent pêcher ne lisent pas les panneaux, selon lui. Et puis ils ont une quinzaine d'années donc ne sont pas conscients du problème." Mais ils sont peu nombreux d'après les riverains rencontrés, qui soulignent d'ailleurs que peu de personnes se baignent dans cette rivière.

L'arrêté a été affiché à plusieurs endroits à proximité de la rivière. - Radio France
L'arrêté a été affiché à plusieurs endroits à proximité de la rivière. © Radio France - Noémie Lair

Bruno Chenet, qui habite juste en face de l'endroit où ont été retrouvées les grenades, s'y baigne lui de temps en temps, mais il l'assure, "désormais, on s'interdit de se baigner, on respecte l'arrêté". _"_Cela peut être extrêmement dangereux, souligne-t-il. Je ne pêche pas mais en marchant dessus par exemple... on ne sait pas ce qu'il peut se passer." Alors il passe la consigne à ses enfants et à ses petits enfants.