Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

8 Mars : à Châteauroux, on féminise les noms de rues

-
Par , France Bleu Berry

A l'occasion de la Journée internationale des Droits des Femmes, l'association Nous Toutes 36 a pris l'intiative de renommer, symboliquement, les noms des rues à Châteauroux. Plusieurs groupes ont parcouru la ville, ce dimanche, pour poser des plaques provisoires portant le nom de femmes célèbres.

Olivia Jean, Place de la République
Olivia Jean, Place de la République © Radio France - Elodie Rabelle

N'allez plus Rue de la Gare à Châteauroux, mais Rue Alice Milliat, cofondatrice et présidente de la Fédération des sociétés féminines sportives de France. Ne passez plus Rue de la Poste mais Rue Céleste Mogador, première femme directrice de théâtre à Paris ! 

La Rue Grande, rebaptisée Rue Germaine Rouillon, philosophe
La Rue Grande, rebaptisée Rue Germaine Rouillon, philosophe © Radio France - Elodie Rabelle

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes, l'association de lutte contre les violences faites aux femmes Nous Toutes 36, a décidé de rebaptiser cinquante-six rues du centre-ville de Châteauroux. L'idée vient d'un constat mathématique : " A Châteauroux, 314 lieux portent des noms masculins, 29 noms d’objets, 7 noms d’animaux pour… 25 noms de femmes seulement ! » explique Olivia Jean, présidente de l'association dans l'Indre.  Ainsi, ce n'est plus le "patrimoine" qui est défendu mais "le matrimoine" selon les mots de la militante. 

Changer les noms pour redonner aux femmes la place qu'elles méritent dans la mémoire collective"

Les manifestantes ont voulu mettre en avant des figures de femmes fortes
Les manifestantes ont voulu mettre en avant des figures de femmes fortes © Radio France - Elodie Rabelle

Olivia Jean justifie la démarche ainsi : "On a bien conscience que changer les noms pour redonner aux femmes la place qu'elles méritent dans la mémoire collective, on n'apprend pas aux enfants l'histoire des femmes qui ont marqué leur temps, l'Histoire ne retient que les hommes". 

Un ruban violet, couleur de l'association Nous Toutes, ornait souvent des sacs célébrant la force des femmes
Un ruban violet, couleur de l'association Nous Toutes, ornait souvent des sacs célébrant la force des femmes © Radio France - Elodie Rabelle

Bien entendu, aucune plaque n'a été enlevée des murs, le but n'étant pas de commettre des dégradations : des affiches violettes, la couleur de Nous Toutes, sont venues s'ajouter aux intersections. L'association espère qu'elles resteront longtemps en place. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess