Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars

Le 8 mars : "Ce n'est pas la fête des femmes, on ne veut pas des roses, mais de l'égalité" (Sylvie Plunian)

-
Par , France Bleu Provence

À l'occasion de la Journée Internationale des droits des femmes ce lundi 8 mars, Sylvie Plunian, directrice de l'entreprise Catova à Marseille va rencontrer des collégiens pour évoquer l'entrepreneuriat féminin. Elle raconte les préjugés qu'ont toujours les jeunes sur les femmes au travail.

Ce 8 mars est la journée des droits des femmes.
Ce 8 mars est la journée des droits des femmes. © Radio France - Fiona Moghaddam

Elle est à la tête d'une entreprise qui confectionne des vêtements professionnels "Catova" à Marseille dans le 15e arrondissement. Et en ce lundi 8 mars, journée internationale des droits des femmes Sylvia Plunian avec des élèves du collège Chenier à Marseille dans le 12e arrondissement pour les sensibiliser à entrepreneuriat féminin. Régulièrement elle intervient dans les établissements scolaire car c'est un sujet qui lui tient à cœur, d'ailleurs elle rappelle que le 8 mars ce n'est pas "la journée de la femme" :"c'est bien la journée internationale des droits de la femme. Ce ne sont pas des roses qu'il faut nous offrir mais bien de l'égalité".

Et l'égalité justement est parfois un thème un peu vague pour les élèves qu'elle rencontre. Même si le statut de "cheffe" d'entreprise ne les surprend pas ce qui les étonne c'est comment une femme peut travailler et concilier une vie de famille ? "Ils demandent toujours combien tu as d'enfants ? Est-ce que ton mari est d'accord ? Est-ce que tu rentres tard ?"

Pour Sylvie Plunian c'est bien la preuve que les femmes encore aujourd'hui sont vues d'abord à la maison : "On l'a vu avec la pandémie lors du télétravail quand on a besoin de quelque chose on appelle maman tout de suite. Maman va se lever alors qu'elle est en télétravail. L'enfant appelle systématiquement sa maman. Les collégiens sont habitués à voir leur maman faire les tâches ménagères et travailler". 

Trente-sept organisations appellent à une "grève féministe" lundi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Des rassemblements ont eu lieu dès ce week-end. Le but est de mobiliser pour mettre fin aux inégalités, discriminations et violences, accentuées pendant la crise du coronavirus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess