Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

80 km/h : deux ans après l'expérimentation, le bilan est mitigé sur les routes

-
Par , France Bleu
France

Deux ans après le passage à 80 km/h sur les routes secondaires en France, porté par Édouard Philippe en juillet 2018, le bilan est mitigé, surtout après les "gilets jaunes", la grève des transports et le confinement. La Sécurité routière avance de bons chiffres, le gouvernement n'en a pas encore.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Thierry colin

C'est une mesure qui avait fait grand bruit en juillet 2018, le passage de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central, soit près de 40% du réseau routier. Ce dispositif est même considéré comme l'un des facteurs déclencheurs du mouvement des "gilets jaunes". Deux ans après, le bilan est mitigé car en plus des gilets jaunes, la grève dans les transports et le confinement tronquent les données. Selon le Premier ministre Édouard Philippe, ce dispositif était censé sauver "300 à 400 vies par an" et il fallait deux ans pour prouver son efficacité. 

Bilan positif pour la Sécurité routière

Selon les chiffres de la Sécurité routière, 209 vies ont été épargnées entre juillet 2018 et juin 2019. Anne Lavaud, déléguée générale de la Prévention routière, estime que le bilan "qui a fait preuve de son efficacité est celui du deuxième semestre 2018" car après cette date "tous les paramètres du dispositif" ont changé. Il y a eu notamment les destructions de radar liées à la crise des "gilets jaunes", la grève des transports l'hiver dernier ou encore le confinement entre mars et mai 2020, qui faussent les données.

Pas encore de chiffres pour le gouvernement

Face à la grogne dans la rue et aux contestations des associations d'automobilistes, les députés ont assoupli le dispositif en juin 2019, permettant à certains départements qui le souhaitaient de revenir à 90 km/h. Au total, 32 restent aujourd'hui à 80 km/h, 26 sont retournés à 90 km/h et 34 hésitent à revenir en arrière ou repoussent l'échéance pour prendre une décision. Du côté de l'association 40 millions d'automobiliste, qui est toujours opposé à ce passage à 80 km/h, c'est le pragmatisme qui domine. "Le pragmatisme voudrait qu'on prolonge l'expérimentation, alors que le bon sens pousse à dire que la mesure n'a pas marché", explique Pierre Chasseray son délégué général.

Le gouvernement attend toujours les conclusions des travaux menés par le Cerema, le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement, des travaux qui ne sont toujours pas terminés. Il ne s'exprimera donc sur ce dispositif qu'une fois les résultats en main, sachant qu'une clause de revoyure au 1er juillet 2020 avait été introduite lors du lancement de l'expérimentation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu