Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A 82 ans, il vit depuis une vingtaine d'années dans une cabane minuscule sur un trottoir marseillais

mardi 25 août 2015 à 19:32 Par Tony Selliez, France Bleu Provence

Il s'appelle Jean-Marcel et vit depuis une vingtaine d'années sur un trottoir, à Marseille : un morceau de bitume qui est devenu sa maison au fil des étés et des hivers. A quelques mètres de la passerelle Plombières, il a construit ici une cabane d'à peine deux mètres carrés, avec des planches récupérées à droite, à gauche.

Cabane 1
Cabane 1 © Radio France - Tony Selliez

Il a plus de 80 ans. 82 ans exactement . Et il vit dans la rue, dans une toute petite cabane.. quasiment sous le boulevard de Plombières, entre le troisième et le quatorzième arrondissements de Marseille. Il y a déjà une vingtaine d'années qu'il habite ce bout de trottoir .

Jean-Marcel en dit très peu sur sa vie, sur son passé, encore moins sur les raisons qui l'ont poussé dans la rue. Il explique juste avoir arrêté de travailler en 1986. Il aurait été ferrailleur au Canet , notamment, mais aussi "paysan".

Jean-Marcel passe une grande partie de sa journée assis, sur une chaise de fortune, et regarde "passer les voitures" - Radio France
Jean-Marcel passe une grande partie de sa journée assis, sur une chaise de fortune, et regarde "passer les voitures" © Radio France - Tony Selliez

Sa cabane ? Deux mètres carrés, grand maximum . Il peut juste s'y asseoir ou s'y allonger, mais pas tenir debout. Des planches en bois de récupération, pas de matelas, juste une couverture soigneusement pliée sur une planche pour dormir. Il n'a pas de quoi faire chauffer ses aliments, il mange froid toujour s, été comme hiver : du pain, du jambon et des bananes. C'est son unique repas, son seul menu, le même chaque jour

Ses petits plaisirs ? Un petit café, un Orangina et un croissant ou un pain au chocolat, tous les matins à cinq heures, dans un bar situé de l'autre côté de la rue.

Sa maison de fortune ? Deux mètres carrés tout au plus - Radio France
Sa maison de fortune ? Deux mètres carrés tout au plus © Radio France - Tony Selliez

Evidemment, Jean-Marcel n'a pas l'eau courante ; juste des bouteilles d'eau, pour boire et faire sa "toilette de chat". D'ailleurs, il est toujours très propre, il y tient, il montre même avec beaucoup de fierté son rasoir en plastique.

Une rumeur laisse entendre qu'il pourrait bientôt bientôt expulsé . Il y a même une pétition qui circule sur Internet. Elle a rassemblé plus de 5 000 signatures. C'est faux d'après lui. La mairie et le Samu Social confirment aussi qu'il n'y a aucune procédure en cours. Mais tout le quartier a déjà peur de le perdre, de voir partir son "papy". De nombreux riverains se déclarent même prêts à manifester s'il le faut.

Une cabane en plein trafic routier, presque sous la passerelle Plombières mais il assure qu"il y "vit bien" - Radio France
Une cabane en plein trafic routier, presque sous la passerelle Plombières mais il assure qu"il y "vit bien" © Radio France - Tony Selliez