Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

87 millions d'utilisateurs de Facebook concernés par le scandale sur l'utilisation illégale des données personnelles

mercredi 4 avril 2018 à 21:48 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L'entreprise britannique liée à la campagne de Donald Trump, Cambridge Analytica, a récupéré les données personnelles de quelque 87 millions d'utilisateurs de Facebook révèle le réseau social qui a mis à jour ses conditions d'utilisation ce mercredi.

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, doit s'expliquer devant le Congrès le 11 avril.
Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, doit s'expliquer devant le Congrès le 11 avril. © Maxppp - Alberto Estevez

Le groupe Facebook a revu à la hausse ce mercredi le nombre de ses utilisateurs dont les données ont été récupérées à leur insu par l'entreprise britannique Cambridge Analytica. "Au total, nous pensons que les informations Facebook de jusqu'à 87 millions d'utilisateurs – la plupart aux Etats-Unis – ont pu être partagées de façon indue avec Cambridge Analytica". Jusqu'ici le réseau social estimait le nombre de ses usagers touchés à 50 millions.

Des conditions d'utilisation mises à jour

Depuis la révélation de l'affaire, le 19 mars dernier, le réseau social est sous le feu des critiques. Ce mercredi il a mis à jour ses conditions d'utilisation, censées expliquer "plus clairement" aux usagers comment sont utilisées leurs données personnelles. Facebook s'engage notamment à préciser "tous les cas" dans lesquels l'information est partagée avec des "partenaires", comme des applications tierces par exemple. 

C'est justement via une application de tests psychologiques, téléchargeable sur le réseau social, que Cambridge Analytica aurait récupéré, sans leur consentement, les données personnelles de millions d'Américains. Des données utilisées ensuite pour influencer le vote des électeurs américains, en faveur de Donald Trump.

Des vidéos jamais publiées, conservées

La diffusion de ces nouvelles conditions d'utilisations suffira-t-elle à rassurer les deux milliards d'adeptes de Facebook? De plus en plus d'utilisateurs s'interrogent comme le rapporte Le Monde ce mercredi. En vérifiant leur historique, certains se sont aperçus que des vidéos enregistrées depuis la plate-forme, mais jamais publiées, étaient conservées par Facebook. L’entreprise s’est excusée, invoquant un problème technique.

Une épine supplémentaire dans le pied du réseau social accusé d'être prêt à tout pour se développer même aux dépens de ses utilisateurs. 

Des enquêtes ont été ouvertes des deux côtés de l'Atlantique et le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, doit être auditionné le 11 avril par des parlementaires américains.