Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La sécurité en question à la gare de Nîmes

dimanche 26 mars 2017 à 17:20 Par Philippe Thomain, France Bleu Gard Lozère

Améliorer la sécurité autour de la gare de Nîmes. En compagnie du délégué régional de la sûreté à la SNCF et d'un élu de la ville, une douzaine de femmes ont déambulé dans et autour de la gare au soir tombant pour repérer les lieux anxiogènes.

19 heures, juste avant la tombée du jour. Concertation en début de visite, place de l'ONU, au pied de la gare de Nîmes
19 heures, juste avant la tombée du jour. Concertation en début de visite, place de l'ONU, au pied de la gare de Nîmes © Radio France - Philippe Thomain

Nîmes, France

Près d'une heure de promenade autour de la gare entre 19 et 20 heures : passage sous les arches, la place de l'ONU, le hall, les quais, tout y est passé. Une douzaine de femmes, accompagnées du délégué régional à la sûreté de la SNCF et de l'adjoint de la ville en charge de la sécurité, ont arpenté les lieux, débusquant les endroits anxiogènes pour permettre à la SNCF et à la ville de trouver ensemble des solutions pour y remédier.

Le premier passage sous les arches est sombre, une odeur d'urine flotte dans l'air, des voitures stationnées créent des zones d'ombre... Inquiétant, disent ces femmes. Puis la place de l'ONU entre gare SNCF et gare routière, mais le cheminement n'est pas évident, parfois encombré. Deuxième passage sous une arche, moins sombre, mais pas rassurant pour autant, puis la traversée du hall, la montée sur les quais, l'utilisation de l'ascenseur, la descente au parking...

Ces femmes ont visité tous les lieux publics dans et autour de la gare.

la sécurité à la gare de Nîmes vue par des femmes

Une heure plus tard, il fait nuit, c'est le retour dans une salle de réunion de la SNCF pour une mise en commun des ressentis : manque de lumière, odeurs, espaces quasi-déserts dans lesquels elles n'osent s'aventurer, passage sous les arches inquiétant... Le délégué régional à la sûreté de la SNCF prend des notes. Pour les solutions, s'il est facile de penser lampadaire supplémentaire, il est plus compliqué de gérer les voitures stationnées pour des questions de droit.

Richard Tibérino, adjoint de la ville de Nîmes en charge de la sécurité

Un point retient l'attention de toutes : les caméras de surveillance. Celles de la ville à l'extérieur de la gare sont reliées au central de la police municipale et au commissariat mais pas les 52 caméras installées dans la gare ou sur les emprises de la SNCF. Elles en ont exprimé le souhait. En fait, les discussions sont déjà en cours entre la SNCF et la ville.

Si l'accord de principe est acquis, la réalisation bute sur une difficulté financière mais Richard Tibéro, adjoint nîmois en charge de la sécurité, était optimiste : "Je suis confiant, ça se fera" a-t-il dit.