Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A 16 ans, une Bordelaise aux côtés de Greta Thunberg à la tribune des Nations Unies

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Bordelaise de 16 ans, Iris Duquesne était ce lundi la seule française parmi les jeunes reçus aux Nations Unies pour interpeller les plus grands dirigeants du monde sur l'avenir de la planète. Elle témoigne.

Iris Duquesne (2e à g.) aux côtés de Greta Thunberg et des autres jeunes reçus ce lundi à l'ONU.
Iris Duquesne (2e à g.) aux côtés de Greta Thunberg et des autres jeunes reçus ce lundi à l'ONU. - © Maxppp

C'est une Bordelaise de 16 ans et elle s'appelle Iris Duquesne. Elle est à New-York et elle a été reçue en compagnie de Greta Thunberg aux Nations Unies à l'occasion du sommet sur le climat. Ils sont 16 jeunes au total et lancent une action en justice contre cinq pays, dont la France. Ils dénoncent "l'inaction" de ces pays pour le climat. Iris Duquesne s'est donc retrouvée lundi à la tribune des Nations Unies. Et elle explique le but de cette action.

France Bleu Gironde : Pourquoi lancer cette action en justice ?

Iris Duquesne : Aidés par un cabinet d'avocats américain, nous avons décidé de porter plainte contre les cinq gouvernements qui polluent le plus et qui ont ratifié la convention des Droits des enfants. Ils n'ont pas tenu leurs promesses et c'est une menace pour nous. Cela menace notre futur et celui de nos enfants.

Ce sont les adultes qui sont censés nous protéger.

Les avocats vous ont expliqué jusqu'où peut aller cette action ?

Non, ils ne nous ont pas vraiment expliqué. C'est surtout pour faire pression sur les gouvernements, leur faire comprendre que c'est une urgence, qu'il faut faire des choses concrètes et qu'il ne suffit pas de parler. Ce n'est pas normal que les enfants en arrivent à ce point. Mais il faut que nous nous levions pour crier pour notre futur. Ce sont les adultes qui sont censés nous protéger. Comme ils ne le font pas, on a le droit de se plaindre. C'est dans la convention des Droits de l'enfant. On utilise ce droit pour leur demander de faire quelque chose.

Comment vous êtes-vous retrouvée dans cette aventure ici à New-York ?

Ma mère a répondu à un appel de l’UNICEF, qui cherchait des enfants du monde entier capables de s’exprimer en anglais et sensibles à la lutte contre le changement climatique. Ils voulaient une Française. Ils m'ont appelée pour savoir si je voulais le faire. Comme je suis très intéressée par l'écologie, je voulais faire quelque chose mais je ne savais pas comment faire. Et cela s'est passé comme ça.

En France on est en avance sur la jeunesse américaine.

Les jeunes se mobilisent mais peut-on les motiver encore davantage, qu'ils agissent au quotidien ?

Ce sera jamais assez mais la jeunesse fait davantage qu'avant. Les jeunes vont plus dans les friperies pour acheter des vêtements d'occasion. J'ai beaucoup d'amis qui essaient de prendre le vélo au maximum ou les transports en commun. En France on est en avance par exemple sur la jeunesse américaine qui continue de rouler en voiture. On peut faire encore plus. Il faudrait peut-être s'attaquer aux marques de maquillage pour qu'elles utilisent des produits un peu moins polluants. Mais la jeunesse fait déjà beaucoup je pense.

Propos recueillis à New-York par Carrie Nooten pour France Bleu Gironde.

Iris Duquesne : "C'est aux adultes de nous protéger"

Iris Duquesne (3e à gauche) avec les autres jeunes à la tribune de l'ONU.
Iris Duquesne (3e à gauche) avec les autres jeunes à la tribune de l'ONU. - © Maxppp
Choix de la station

À venir dansDanssecondess