Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Les demandeurs d'emploi d'Aix-en-Provence s'inquiètent du durcissement des sanctions

mercredi 2 janvier 2019 à 16:44 Par Emilie Briffod, France Bleu Provence

De nombreuses réactions après l'annonce de sanctions plus dures envers les demandeurs d'emploi. Un décret publié au Journal officiel le 31 décembre 2018 prévoit de mieux contrôler et de sanctionner les chômeurs en cas de manquement.

L'inquiétude devant l'agence pôle emploi de la route de Galice à Aix en Provence.
L'inquiétude devant l'agence pôle emploi de la route de Galice à Aix en Provence. © Radio France - Emilie Briffod

Aix-en-Provence, France

Ce décret publié discrètement le 31 décembre 2018 s'inscrit dans le cadre de la réforme "avenir professionnel" adoptée cet été par le parlement. Il durcit les sanctions contre les chômeurs qui ne respectent pas certaines règles. Désormais, les demandeurs d'emploi qui ne se présentent pas à un rendez-vous avec un conseiller Pôle emploi ne toucheront pas leur allocation chômage pendant un mois (deux mois en cas de récidive et quatre mois au troisième manquement). En cas de recherche insuffisante (refus de deux offres d'emploi dites "raisonnables"), l'allocation sera supprimée dès le premier manquement et non plus suspendue, comme c'était le cas avant. 

Les demandeurs d'emploi aixois mitigés

Si la porte-parole des députés LREM Aurore Bergé justifie cette mesure par une "logique de justice", les demandeurs d'emploi, eux, ne comprennent pas cette "stigmatisation".  Pour Julie, "il peut y avoir des oublis, des gens malades et les radier des allocations est injuste". Thibault, lui, a 18 ans et il s'inquiète de l'inadéquation des offres : "Je suis serveur et on me propose d'être préparateur de commandes ou de travailler sur des chantiers. Ça ne me correspond pas."  Au contraire pour Odette, "certaines personnes touchent les allocations et profitent du système, il faut donc les sanctionner".