Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

A Amiens Nord, le centre social Alco maintient le lien avec les habitants confinés

-
Par , France Bleu Picardie

Pendant le confinement, le centre social et interculturel Alco d'Amiens Nord essaye de maintenir au maximum les relations avec ses adhérents. Une mission parfois compliquée mais nécéssaire pour éviter que le fossé social ne se creuse encore un peu plus explique son directeur.

Le quartier d'Amiens Nord
Le quartier d'Amiens Nord © Maxppp - Fred Haslin

La liste des activités maintenues à distance est longue. Depuis le début du confinement imposé par la crise du coronavirus, le centre social et interculturel Alco, basé dans le quartier populaire d'Amiens Nord s'efforce de garder le lien avec ses 300 familles adhérentes. "Il faut se démultiplier", raconte M'Hammed El Hiba, le directeur du centre.

On ne se sent pas seul

Ainsi, les permanents de l'Alco ont par exemple très vite mis en place une veille téléphonique. "Nous sommes huit à appeler les familles au moins une fois par semaine", détaille M'Hammed El Hiba pour qui "c'est très important de maintenir le lien, demander comment ça va, savoir si il y a des besoins."

Reportage de France Bleu Picardie

Une écoute attentive appréciée par les famille. "Cette situation bouleverse notre système, notre quotidien et cela fait du bien d'avoir des appels de l'extérieur, on ne se sent pas tout seul", confie Anaïs, mère au foyer de 43 ans, confinée avec ses quatre enfants dans un appartement. 

Un livre voire une exposition post confinement

"Nous sommes en train de recueillir les sentiments, ressentis, en cette période de confinement, chez les grands ou les petits sous des formes diverses. Écrits, dessins, paroles. Ces matières pourraient faire l'objet, plus tard, d’exposition, de rencontre-débat, de publication de recueil", poursuit M’Hammed El Hiba.

Veille éducative

L'ALCO, en lien avec les écoles, les collèges et les lycées du quartier, a également mis en place une veille éducative pour aider les élèves à suivre les cours. "Car toutes les familles ne sont pas logées à la même enseigne. Il y a le manque de matériel, la mauvaise connexion", détaille le directeur de l'Alco. 

"Il y a tout un travail formidable de l'éducation nationale sauf qu'il y a des gens qui passent à travers les mailles du filet donc nous on assure, en lien avec les établissements scolaires un contact de proximité. On arrive à transmettre, par le biais de familles voisines des devoirs écrits pour ceux qui n'ont pas accès à internet par exemple", précise M’Hammed El Hiba.

Pour occuper les plus jeunes, l'Alco maintient aussi à distance certains ateliers comme celui de codage informatique ou de photographie avec une artiste en résidence. Et puis pour aider les parents, le site internet de la structure regorge de ressources comme des contes pour enfants. 

Et puis en plein coeur de cette crise sanitaire, l'Alco participe aussi à l'effort de confection des masques de protection en tissu. Nadine, 72 ans, confinée dans son appartement dans l'une des deux plus grandes tours du quartier va bientôt recevoir du centre une machine à coudre pour mettre ses talents de couturière au service du collectif. "Je ne m'ennuie pas, je tricote aussi des gants, des écharpes, des bonnets pour ceux qui en auront besoin un moment ou un autre. Mais j'ai quand même hâte de retrouver mes copines de l'Alco !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess