Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Argelès-sur-Mer, l'abattage de seize pins divise

-
Par , France Bleu Roussillon

Les défenseurs des arbres se sont mobilisés ce mardi à Argelès-sur-Mer sur la route de Collioure (Pyrénées-Orientales). Ils dénoncent l'abattage de 16 pins commencé en début de semaine par la municipalité. Les arbres doivent être remplacés par des espèces plus locales selon la mairie.

Les seize pins avaient été plantés en 1965.
Les seize pins avaient été plantés en 1965. © Radio France - Alexandra Lagarde

Les moteurs des tronçonneuses résonnent ce mardi matin dans la rue du Maréchal Leclerc à Argelès-sur-Mer. Depuis le début de la semaine, les élagueurs abattent les seize pins qui longent la route. Dans quelques mois ils seront remplacés par des espèces plus locales et plus favorables à la biodiversité.  

L'incompréhension des riverains 

Car en effet ces arbres empêchent le développement de la biodiversité dans le sol, les racines abîment la route et les épines dérangent quelques habitants. Pour toutes ces raisons donc la mairie a décidé de les enlever. 

Dans la rue, plusieurs riverains observent la scène et certains peinent encore à comprendre cette décision. C'est notamment le cas de Carole, elle vit dans le quartier où les arbres sont abattus, elle essuie des larmes au coin de ses yeux : "Je sortais de chez moi toute contente lorsque j'ai vu un arbre tomber. Je ne m'y attendais vraiment pas, je suis en colère." 

L'Association Argelès Nature Environnement se mobilise comme elle l'avait fait déjà en juin dernier quand la mairie avait décidé d'abattre 32 arbres dans le quartier du cimetière à Argelès-sur-Mer.
L'Association Argelès Nature Environnement se mobilise comme elle l'avait fait déjà en juin dernier quand la mairie avait décidé d'abattre 32 arbres dans le quartier du cimetière à Argelès-sur-Mer. © Radio France - Alexandra Lagarde

Même son de cloche de l'autre côté du trottoir : Marie vit juste en face des pins, elle regarde impuissante les arbres tomber un à un : "On a reçu un papier dans la boîte aux lettres pour nous dire qu'il y avait un aménagement des espaces verts, mais ça ne parle à aucun moment de l'abattage. En réunion de quartier l'idée avait été évoquée mais ce n'était qu'un projet. Je pense que ce n'était pas nécessaire d'abattre tous les arbres, on aurait pu en sélectionner un sur deux par exemple, et en plein printemps au moment de la nidification qui plus est, je pense que c'est totalement incohérent." 

Couper pour le bien être de tous

Un avis partagé par l'association Argelès Nature Environnement, présente dans la rue avec les riverains ce mardi matin. Romain Constant fait partie de l'association. Il ne comprend pas la position de la mairie, surtout il ne comprend pas pourquoi la municipalité n'a pas prévenu tout le monde : "Je suis passé par hasard dans la rue en début de semaine et j'ai vu que des arbres étaient abattus. J'ai demandé à plusieurs habitants et la majorité n'était pas au courant. Il y a eu une réunion publique mais pour nous ce n'est pas suffisant. Il aurait fallu une concertation bien plus approfondie pour que l'intérêt général prime." 

"On n'est pas des tueurs d'arbres !" ( Antoine Parra, maire d'Argelès-sur-Mer )

Le maire Antoine Parra s'énerve lorsqu'il entend ces reproches : "Je ne peux pas comprendre ces gens-là alors qu'ils ne viennent pas aux réunions publiques que je propose. On ne peut pas dire d'un côté je ne suis pas informé et d'un autre côté ne pas venir chercher l'information alors qu'elle est donnée." Il marque une pause avant d'ajouter : "Quand on fait ce genre d'opération c'est mûrement réfléchi. On ne coupe pas des arbres comme ceux-là par plaisir, c'est que le bénéfice l'emporte sur le coût. On n'est pas des tueurs d'arbres. Si on le fait c'est pour le bien des Argelésiens." 

En juin 2020, l'abattage de 32 arbres dans le quartier du cimetière avait soulevé la colère de l'association et de quelques riverains. Cet abattage était motivé pour des raisons de sécurité routière.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess