Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Avignon, des jeunes rejetés à cause de leur homosexualité témoignent

-
Par , France Bleu Vaucluse

Ce vendredi 17 mai, c'est la Journée mondiale contre l'homophobie. Dans la cité des Papes, le Refuge aide les jeunes exclus à cause de leur orientation sexuelle. Actuellement, ils sont trois à occuper les appartements mis à leur disposition. Deux d'entre eux se sont confiés.

Le Refuge d'Avignon accueille actuellement trois jeunes dans les logements mis à leur disposition.
Le Refuge d'Avignon accueille actuellement trois jeunes dans les logements mis à leur disposition. © Radio France - Elsa Vande Wiele

Avignon, France

Dans le petit salon aménagé pour accueillir les jeunes en journée, Michael (1) et Adeline jouent aux cartes en attendant leur entretien avec la déléguée du Refuge d'Avignon, Laurence Bay-Fouilleul. Chaque semaine, ils doivent faire un bilan : où en sont leurs recherches de travail, de formation, d'appartement... Adeline compte présenter son projet de service civique. Elle occupe un appartement de l'association depuis un peu plus d'un mois. Cette jeune femme a 21 ans, elle vient de Lille. Son père l'a renvoyée de chez lui lorsqu'il a appris qu'elle fréquentait d'autres personnes du même sexe.

"Sans eux, je vivrais dehors."

"Je ne raconterai pas tout car ça fait encore très mal d'en parler aujourd'hui. Il a eu des mots très durs", confie Adeline, les yeux baissés. Il lui arrive de sortir avec des hommes. "Mon père ne se posait pas de questions puisque je ramenai des copains à la maison, poursuit-elle. Il a découvert que j'aimais les femmes en surprenant une conversation sur internet avec ma copine du moment." 

Sans plus attendre, ce dernier la met à la porte et elle loge chez des amis pendant plusieurs semaines. "Ça ne pouvait pas durer indéfiniment, ils ont leur vie aussi", estime la jeune femme. Elle se tourne alors vers le Refuge, une structure nationale qui lui propose un hébergement à Avignon, le temps de s'organiser pour être indépendante financièrement. "Sans eux, je vivrais dehors. Je remercie de tout cœur les bénévoles." Pour le moment, Adeline se concentre "sur le positif", ses projets et ne souhaite pas renouer le contact avec sa famille. "Ils ont essayé de me joindre... Mais pas pour prendre des bonnes nouvelles." 

"Si j'ai un conseil à donner, c'est de rester fier de soi."

"Michael, c'est mon colocataire", sourit Adeline. Il réside en ce moment dans l'appartement voisin. Ce dernier vient de Côte d'Ivoire et vit dans la région depuis le mois de décembre, contraint de fuir son pays à cause de son homosexualité. "Ma famille est très catholique, explique-t-il. Mes deux parents sont décédés et je vivais seul avec ma grand-mère. J'étais l'homme de la maison, du coup j'étais censé fonder une famille et montrer l'exemple."
Michael voit d'autres hommes mais à l'abri des regards : "Je ne savais pas moi-même qui j'étais, je me posais beaucoup de questions." 

Des rumeurs finissent par circuler et sa grand-mère l'apprend. "Elle était furieuse, elle a cassé une chaise devant moi." Il se réfugie dans le travail et dans le sport pour convaincre son entourage qu'il n'est pas attiré par les garçons. "Evidemment, ça n'a pas marché", témoigne le jeune homme. C'est quand son oncle fini par le savoir que tout éclate. "Avec d'autres villageois, ils m'ont attaché et frappé." 

Aujourd'hui, Michael tente de se reconstruire, de comprendre et d'assumer son identité à Avignon. "Si j'ai un conseil à donner à tous ceux qui vivent ce genre de situation, c'est de rester fier de soi quoi qu'il arrive." Il aimerait devenir kinésithérapeute.

23% de demandes de logements en plus

L'association propose trois appartements à Avignon pour les jeunes sans domiciles rejetés par leurs proches. "Souvent, ils ont entre 18 et 21 ans, informe la déléguée du Refuge. Comme ils sont majeurs, la famille estime qu'elle n'a plus d'obligation légale et qu'elle n'a pas à culpabiliser." En 2018, l'association a enregistré 23% de plus de demandes de logements sur le plan national. 

Pour la Journée mondiale contre l'homophobie qui se tient ce vendredi 17 mai, le Refuge d'Avignon organise une conférence sur le thème "Poids des traditions : l'influence culturelle". Elle aura lieu samedi 18 mai, à 14 heures 30, 24 rue Saint-Charles. Une course contre l'homophobie est également prévue dans la cité des Papes le 16 juin.  

(1) Le prénom a été changé.

Laurence Bay-Fouilleul, la déléguée du Refuge d'Avignon. - Radio France
Laurence Bay-Fouilleul, la déléguée du Refuge d'Avignon. © Radio France - Elsa Vande Wiele