Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Avignon, Rosmerta fête son premier anniversaire

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le collectif Rosmerta occupe depuis un an un bâtiment du diocèse, dans l'intramuros d'Avignon, pour héberger des migrants. Un week-end de fête est organisé, entre concerts et exposition. Les bénévoles réfléchissent aussi à la suite.

Une partie du collectif Rosmerta et des résidents mineurs isolés
Une partie du collectif Rosmerta et des résidents mineurs isolés © Radio France - Marie-Audrey Lavaud

Voilà un an que le collectif Rosmerta a pris ses quartiers dans un bâtiment du diocèse, dans l'intramuros d'Avignon. Le 21 décembre 2018, il s'est installé dans ce lieu, inoccupé, avec plusieurs migrants qui ne trouvaient pas d'abri. Aujourd'hui, ils sont une cinquantaine : des familles ou des mineurs isolés. Les bénévoles les accompagnent dans leur vie quotidienne et dans leurs démarches administratives. Les enfants sont tous scolarisés. 

À l'occasion de ce premier anniversaire, Rosmerta organise donc un week-end de fête. L'immeuble, au 7 rue Pasteur à Avignon est ouvert au grand public. Des concerts ont lieu dès ce samedi, ainsi qu'une exposition. 

Quel avenir pour Rosmerta ? 

Mais les bénévoles de Rosmerta veulent aussi réfléchir à la suite, alors que le diocèse veut récupérer son bien en expulsant les occupants. En octobre, le tribunal d'instance d'Avignon a accordé un répit de trois ans à Rosmerta. Les militants ont été très soulagés mais depuis, le diocèse a fait appel de cette décision. Ils redoutent donc à nouveau une expulsion prochaine, alors qu'ils réfléchissent à acquérir le bâtiment pour en faire un lieu d'accueil officiel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu