Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Les Fêtes de Bayonne 2018

A Bayonne il faudra payer pour faire la fête : cafetiers satisfaits, peñas vigilantes

mardi 15 mai 2018 à 21:42 Par Bixente Vrignon et Muriel Vitel, France Bleu Pays Basque

C'est officiel : les prochaines Fêtes de Bayonne seront payantes. La sécurité coûte un million et demi d'euros à la ville et la mairie ne veut pas que seuls les Bayonnais en supportent le coût. Côté peñas, on est circonspect sur cette mesure, les cafetiers eux, sont plutôt satisfaits.

Seules la soirée d'ouverture et la journée des enfants resteront gratuites
Seules la soirée d'ouverture et la journée des enfants resteront gratuites © Radio France - Oihana Larzabal

Bayonne, France

Les Fêtes de Bayonne 2018 seront bien payantes, dans le périmètre historique, c'est à dire les quartiers du Grand et Petit Bayonne mais pas Saint-Esprit, entre 7 et 8 euros a annoncé la commune mardi. Ce sera gratuit pour les Bayonnais sur présentation d'un justificatif de domicile et pour les enfants aussi. Ils pourront venir retirer leur bracelet-sésame à partir du 2 juillet à la mairie, à la maison des associations de Glain ou encore au CCAS.

400 personnes supplémentaires

Le maire et les adjoints ont exposé les conséquences de cette mesure. - Radio France
Le maire et les adjoints ont exposé les conséquences de cette mesure. © Radio France - Paul Nicolaï

Jean-René Etchegaray (maire de Bayonne: "ça pourra aller jusqu'à la fouille des sacs"

Il faudra payer à partir du vendredi 11h et jusqu'à la fermeture, le dimanche tard dans la nuit détaille le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray. "Cette année il faudra ajouter jusqu'à 500.000€ à notre budget. La sécurité pourra aller jusqu'à la fouille des sacs." Pour le maire UDI, "il est hors de question de ne pas assurer la sécurité. En même temps, ça n'est pas aux seuls Bayonnais à payer : jusqu'à présent, 50.000 Bayonnais payaient 1,5 millions d'euros pour qu'un million de personnes fassent la fête".

La ville a dû renforcer les mesures de sécurité à la demande de l'Etat. Elle va employer près de 400 personnes supplémentaires pendant cinq jours pour assurer la sécurité des fêtes avec une société privée, en collaboration avec la Gendarmerie, la Police Nationale, et la Protection Civile.

Cafetiers satisfaits

Dans les cafés de Bayonne, on pense que l'entrée payante n'aura pas d'impact - Radio France
Dans les cafés de Bayonne, on pense que l'entrée payante n'aura pas d'impact © Radio France - Muriel Vitel

Ces mesures n'auront pas d'incidence sur la fréquentation, estiment les cafetiers.

Les cafetiers consultés après l'annonce du maire, sont plutôt satisfaits que la sécurité soit assurée. Un gérant de café estime que "il ne faut pas que ça augmente plus, il faut que ça reste des fêtes populaires". "Ça va pas nous empêcher de travailler, on va rien ressentir", assure un autre professionnel et il relativise, en rappelant les fêtes 2016 après l'attentat de Nice : "Il y a deux ans, quand on a vu les snipers sur le toit de la mairie, le journée des enfants annulée... ça peut pas être pire que ça" et il espère même que "ça va peut être rendre les fêtes plus belles". 

Les peñas resteront vigilantes

Pour les peñas, on risque de perdre l'esprit des fêtes - Radio France
Pour les peñas, on risque de perdre l'esprit des fêtes © Radio France - Oihana Larzabal

Owen Lagadec: "On pensait que des solutions alternatives de financement existaient"

Autre son de cloche du côté des peñas bayonnaises, regroupées au sein du GAB, le Groupement des Associations Bayonnaises. Le président Owen Lagadec rappelle que les peñas étaient défavorables aux fêtes payantes : "fermer complètement la ville aura forcément un impact. Nous on espère qu'on va transmettre aux générations futures ce qui a fait le succès des fêtes de Bayonne : une fête de rue, populaire et accessible à tous. Espérons que ça ne change pas l'état d'esprit des fêtes." Les peñas bayonnaises se réunissent le 28 mai pour tirer leurs conclusions de cette mesure.

Ez dira gehiago baionesen pestak

Zain daude ainitz "ikusi eta ikasi" erran zaharra aplikatuz. Baiones esperientzadun batzuek diote haien aldetik, arazoa ez dela pagatu edo ez pagatu, baizik eta pesten izpirituan. Jean-Marc Abadie-ren iritzian adibidez "Baionako pesten mamia aldatu da. Jende sobera bada pesta horietan eta ez dira gehiago Baionako biztanleen pestak".

Ostaler bat: "Guk espero dugu diru parte bat izanen dela beste proiektu batzuk sustengatzeko, kulturaren alde".

Beste batzuk espero dute jinen diru sartze berria manera onean baliatuko dela, adibidez komuna gehiago emaiteko neskentzat karriketan.

Les agences immobilières n'ont pas tardé à s'adapter ! - Aucun(e)
Les agences immobilières n'ont pas tardé à s'adapter ! -