Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes de la France périphérique à Bédarieux

samedi 8 décembre 2018 à 18:23 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault

Depuis le 17 novembre, des gilets jaunes se relaient sur le rond-point de la route d'Hérépian à Bédarieux (Hérault). Dans cette commune des Hauts cantons, ils se sentent complètement abandonnés par le président de la République. La mobilisation ne risque pas de s'arrêter.

Les gilets jaunes de Bédarieux filtrent la circulation devant l'Intermarché route d'Hérépian depuis le 17 novembre.
Les gilets jaunes de Bédarieux filtrent la circulation devant l'Intermarché route d'Hérépian depuis le 17 novembre. © Radio France - Marion Bargiacchi

Bédarieux, France

Ils sont là, jour et nuit depuis le 17 novembre dernier : les gilets jaunes de Bédarieux ne veulent pas qu'on oublie les Hauts Cantons et leurs habitants. Ce samedi  8 décembre au matin, 300 Bédariciens ont défilé dans le centre-ville affublés de gilets jaunes, mais le noyau dur de ces manifestants s'est bien vite retrouvé sur le rond-point de la route d'Hérépian, entre l'enseigne MacDonald et Intermarché. "Un symbole" pour beaucoup d'entre eux.

L'insurrection qui tient

Sous les tonnelles blanches et bleues, non loin du feu de bois et du sapin de Noël on partage un café, un croissant et surtout les colères. "Nous les hauts cantons on veut montrer qu'on existe !" Loin de Paris, ils se sentent abandonnés. La voiture y est indispensable, les transports en communs rares et la vie de plus en plus chère. "Il y a beaucoup de malheureux ici, nous sommes des abandonnés." A Bédarieux, le taux de chômage avoisine plus les 25% que les 9,1 % de moyenne nationale

"Il faudrait que le président Macron se rende compte qu'ici, il y a des gens qui crèvent." - Une gilet jaune 

"Le mépris de Macron, c'est pire qu'avoir faim"

Si la colère ne redescend pas, c'est que loin de Paris on a l'impression de n'être rien : "Vous vous rendez compte, il n'a même pas osé parler à son peuple avant la semaine prochaine ! Le plus grand affront, c'est ça. C'est même pire que ne pas avoir à manger, c'est qu'on ne nous respecte même pas." Les gilets jaunes attendent que le président "supprime son mépris pour le peuple". Et quand on leur demande jusqu'à quand va durer le mouvement à Bédarieux, les gilets jaunes de répondre : "Demandez au président de la République, c'est lui qui a la réponse."

Les gilets jaunes se relaient depuis le 17 novembre à Bédarieux, jour et nuit. - Radio France
Les gilets jaunes se relaient depuis le 17 novembre à Bédarieux, jour et nuit. © Radio France - Marion Bargiacchi
Beaucoup de femmes mobilisées à Bédarieux. - Radio France
Beaucoup de femmes mobilisées à Bédarieux. © Radio France - Marion Bargiacchi