Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Besançon, des soldes dans l'ombre du coronavirus

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon

Les soldes d'été commencent ce mercredi, dans une ambiance inédite post-coronavirus. A Besançon, les commerçants espèrent que les clients seront au rendez-vous.

Les soldes d'été débuteront le 15 juillet pour quatre semaines
Les soldes d'été débuteront le 15 juillet pour quatre semaines © Radio France - Tifany Antkowiak

Elles auraient dû commencer le 24 juin, elles ont finalement été décalées à cause du coronavirus. Les soldes d'été débutent ce mercredi 15 juillet pour quatre semaines, dans un contexte très particulier. 

"Avec la crise sanitaire, c'est d'autant plus compliqué"

"C'est un peu compliqué, mais on voit quand même que nos clients sont en attente de cette période. Même si pas mal de personnes sont déjà parties en vacances, à cette date", regrette Maïté Vega, responsable du rayon beauté-chaussures-lingerie aux Galeries Lafayette. "Le fait qu'il y ait la crise sanitaire c'est d'autant plus compliqué, parce qu'il y a le port du masque, les articles en quarantaine..." 

Une quarantaine de 48 heures par vêtement lorsqu'un client fait un essayage ; les articles sont passés à la vapeur à 90°C avant d'être remis en rayon. 

"On a senti un relâchement des gestes barrière"

Des gestes sanitaires parfois difficiles à faire respecter, explique Jean-François Lods, du magasin de chaussures le Trianon. "On a senti un relâchement ces dernières semaines. Les gens rentrent en pensant, "ça y est, c'est fini, pas besoin de masque"... Alors on essaie de faire la police, gentiment, parce que ce n'est pas non plus notre rôle. On leur demande de porter au moins le masque."

Beaucoup de stock des collections printemps

Malgré tout, Nathalie Lods, co-gérante du Trianon, veut garder le sourire : "On est content, on est toujours aussi motivé, et on compte sur les clientes." Cette année, le magasin de chaussures aura de très nombreuses paires de baskets, ballerines et autres derbies : "Au déconfinement, avec les beaux jours, les clientes se sont ruées sur les sandales et les nu-pieds. Mais nous avons toujours du stock des chaussures de printemps, les deux mois de confinement pendant lesquels nous n'avons rien vendu." Alors à vos masques, et à vos cartes bleues...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess