Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Côte-d'Or : à Bèze une opération de régulation des corbeaux divise la population

-
Par , France Bleu Bourgogne

Trop de corbeaux à Bèze. Les volatiles nichent dans d'immenses arbres près de la source et de l'abbaye créant -selon la mairie- de nombreuses nuisances à cause de leur appétit très vorace qui pénalise les agriculteurs ou encore de leurs déjections. Depuis un mois ils sont abattus selon des quotas.

Comme ici à Lons-le-Saulnier dans le Jura les corbeaux sont trop nombreux à Bèze, la mairie a fait appel aux chasseurs pour réguler leur population (photo d'illustration)
Comme ici à Lons-le-Saulnier dans le Jura les corbeaux sont trop nombreux à Bèze, la mairie a fait appel aux chasseurs pour réguler leur population (photo d'illustration) © Maxppp - Philippe Trias

C'est un dossier pas facile à gérer pour la nouvelle équipe municipale de Bèze (Côte-d'Or). La commune est envahie de corbeaux. Un peu prise au dépourvue -de l'aveu même de l'une de ses adjointes- la mairie s'est résolue à faire appel aux chasseurs de ce village de 800 habitants pour détruire les volatiles.

Une partie de la population opposée à ces tirs

Les corbeaux pullulent du côté de la source lieu de promenade et du côté de l'Abbaye, lieu hautement touristique. Comme toujours dans ce cas là il y a ceux qui sont pour l'éradication et les autres comme Cathy (c'est un prénom d'emprunt), les platanes où nichent une partie des oiseaux donnent sur sa cour. Elle revient sur ces opérations ciblées.

"Les tirs ont débuté il y a un mois"

"Ils ont commencé les tirs il y a à peu près un mois. J'en ai parlé au maire, je lui ai dit que ça me dérangeait que l'on tue les corbeaux d'autant que l'on vit à la campagne. Il m'a répondu qu'ils allaient en tuer 'juste un petit peu parce que les gens se plaignent'. Mais en fait ils sont en train d'exterminer toute la colonie".

Les corbeaux un problème à Bèze

Le maire de Bèze et ses adjoints n'ont pas souhaité répondre à une interview. Ils ont communiqué sur FaceBook pour expliquer à la population que les tirs ont lieu deux fois par semaine les mercredis et vendredis soir. Tout est absolument légal, Bèze est même classée par arrêté préfectoral en "zone d'action prioritaire de régulation des corvidés". A la Ligue de Protection des Oiseaux on confirme, même si on explique que d'autres solutions auraient pus être envisagées surtout en période de nidification, mais pour cela il aurait fallu s'y prendre plus tôt. Etienne Colliat-Dangus chargé de mission à la LPO de Bourgogne-Franche-Comté.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Ces tirs ne régleront pas le problème"

"Ces tirs vont régler le problème à court terme. Si on veut régler le problème à plus long terme et de façon éthique il faut coupler plusieurs méthodes comme l'élagage préventif des arbres qui accueillent des colonies au moment de l'automne et de l'hiver. Cela permet d'enlever les nids. Ensuite il convient de procéder à des opérations d'effarouchement au moment de l'installation des couples notamment pendant le mois de février" explique le spécialiste. Et l'effarouchement peut se faire de bien des manières sans sortir pour autant les fusils pour tuer explique encore Etienne Colliat-Dangus. "Cela peut être des tirs en l'air sans viser les oiseaux, mais l'on peut aussi utiliser des pétards, des lasers, des fusées de détresse ou même faire appel à des fauconniers". 

L'élagage peut coûter très cher 

Pour élaguer les arbres il convient d'utiliser des nacelles. Mais ces méthodes sont difficilement applicables selon un habitant de la commune concerné de près par le problème et qui lui aussi a tenu à rester anonyme. Sur sa propriété "les arbres âgés de 220 ans, mesurent 45 mètres de haut il semble selon lui difficilement concevable d'envoyer une nacelle si haut". D'autant plus compliqué selon Bruno Pap, président de la société de chasse locale que cela coûte très cher pour une petite commune. "Quand on regarde les prix cela représente au moins 500 euros pour une journée". 

Au Creusot en Saône-et-Loire une battue de corbeaux freux encadrée par un lieutenant de louveterie (photo d'illustration)
Au Creusot en Saône-et-Loire une battue de corbeaux freux encadrée par un lieutenant de louveterie (photo d'illustration) © Maxppp - Pierrick Degrace

10 000 euros perdus à cause des corbeaux

Un grand nombre d'habitants en tout cas s'accordent sur un point, à Bèze, les corbeaux posent des soucis : ils font du bruit, ils laissent derrière eux des déjections et s'attaquent aux cultures des agriculteurs du coin. Yoann Dumontest céréalier il exploite un peu plus de 200 hectares de terres en partie sur la commune de Bèze. "Cela fait plusieurs années qu'il y a beaucoup de dégâts sur les cultures de printemps. L'année dernière on a perdu plus de 10 000 euros sur la culture de tournesol. Cette année on est reparti exactement sur la même situation. Quotidiennement j'en vois entre 60 et 100 en train de picorer tranquillement dans mes parcelles". 

Poursuite des tirs jusqu'à fin juillet 

Toujours sur Facebook la mairie dit comprendre que ces mesures ne puissent pas être partagée par une partie des administrés. Dans un message une adjointe tente de calmer le jeu elle "remercie les habitants pour leurs retours" et dit que la municipalité "tentera de faire aux mieux les années à venir", mais elle explique aussi que "cet acte à pour but de soutenir les agriculteurs, de rendre la promenade de la source plus accueillante et de diminuer les nuisances sanitaires et sonores". En attendant les tirs sur les corbeaux se poursuivrons jusqu'au 31 juillet.

  • Retrouvez notre "dossier + info" ce vendredi 7 mai 2021 sur France Bleu Bourgogne à 6H30 et 8H40 (98.3 ou 103.7) 
Choix de la station

À venir dansDanssecondess