Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus à Bordeaux : un reconfinement attendu et tristement accepté

-
Par , France Bleu Gironde

Emmanuel Macron l'a annoncé mercredi soir : la France est de nouveau confinée jusqu'au 1er décembre. Le discours du Président de la République a été largement suivi par les Bordelais. "Dur à encaisser", "évident", "nécessaire"... chacun y est allé de sa réaction.

Jusqu'au 1er décembre, les bars et restaurants vont devoir fermer et se plier au confinement, comme de nombreuses autres entreprises.
Jusqu'au 1er décembre, les bars et restaurants vont devoir fermer et se plier au confinement, comme de nombreuses autres entreprises. © Maxppp - Richard Brunel

Difficile de pouvoir écouter l'allocution présidentielle place de la Victoire mercredi soir : la plupart des bars ont choisi de diffuser du football. Alors Astrid, Boutheina, Maëlle, Manon et Faustine ont les yeux rivés sur leur téléphone... comme la plupart des clients à 20h. Et quand la nouvelle du confinement tombe, c'est un concert de réactions qui se fait entendre. 

De la déception, bien sûr. De la résignation, aussi. Les jeunes femmes sont réalistes : la mesure était attendue. "C'était évident, les gens ne sont pas disciplinés... mais c'est vrai que pour nos stages et la suite de l'année universitaire, ça va être compliqué" résume Maëlle. Même avis pour Boutheina : "C'est difficile parce qu'on ne peut pas se projeter au niveau professionnel, on n'a aucune visibilité, on ne sait pas trop où l'on va". 

C'est rassurant de savoir que je peux aller rendre visite à mes grands-parents

Astrid, elle, approuve la mesure : "C'est mieux d'être confinés pendant quatre ou cinq semaines plutôt que d'avoir des mesures étalées sur six mois. Je n'aimerais pas être à la place du président en ce moment !". Elle va reprendre la route pour Angers, d'où elle est originaire, pour se confiner en famille. 

De son côté, Manon retient surtout l'annonce concernant les Ehpads : "C'est rassurant de savoir que je peux aller rendre visite à mes grands-parents. Le premier confinement a été dur pour toutes les personnes isolées ou malades, donc c'est bien qu'il y ait cette possibilité". 

"C'est une bonne chose de laisser les écoles ouvertes. Alors oui, les mesures sanitaires sont compliquées à faire respecter, mais c'est important pour éviter le décrochage scolaire. A l'université on a quelques cours en ligne depuis septembre et ce n'est vraiment pas facile de suivre, au bout de quinze minutes on a envie de lâcher..." réfléchit Faustine. 

Pour elle comme pour des milliers d'étudiants, il faudra attendre le premier décembre pour retrouver les amphithéâtres. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess