Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Brest, le difficile confinement des gens du voyage

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le confinement est encore plus pénible pour les gens du voyage, privés de la possibilité de se déplacer pour changer de lieu de résidence. Mais sur le terrain d'accueil de Kervallan à l'ouest de Brest, le coronavirus a surtout un impact sur la vie sociale.

Plus de 150 personnes vivent sur le terrain d'accueil de Kervallan à Brest, la plupart sont quasi-sédentarisées.
Plus de 150 personnes vivent sur le terrain d'accueil de Kervallan à Brest, la plupart sont quasi-sédentarisées. © Radio France - Nicolas Olivier

En temps normal, Marina serait en train de se préparer à rejoindre les Pays de la Loire où elle passe habituellement les deux tiers de l'année. La jeune femme a dû se résoudre à prolonger son séjour à Brest. "D'habitude, je pars. Mais avec la situation sanitaire, on ne peut pas... donc je reste chez moi."

Pas facile d'accepter un confinement quand on a un mode de vie fait d'itinérance et de liberté. Mais sur le terrain mis à la disposition des gens du voyage à Brest, à 200 mètres du fort Montbarrey (chacune des 8 communes de la métropole possède son aire d'accueil), beaucoup d'occupants sont quasi-sédentarisés. Une vingtaine de famille vivent ici, soit plus de 150 personnes confinées dans leurs caravanes.

Moins de réunions familiales

Pour protéger les plus anciens, la vie en communauté chère aux gens du voyage est réduite au strict minimum. Émile, un octogénaire à la santé fragile, avoue limiter les contacts avec ses 19 petits-enfants et 19 arrières-petits-enfants. Le patriarche reste à bonne distance : "mes petits-enfants ne rentrent presque plus chez moi, on parle la porte ouverte mais ils ne montent plus, par peur du Covid." 

Je ne fais pas toutes les caravanes de la place non plus

Les rares fêtes se tiennent en petit comité, ajoute Muriel, sa fille. "L'autre jour, on a fait des anniversaires juste entre nous, aucune personne étrangère au terrain n'est venue. Même la famille, on ne l'a pas invitée."

ECOUTEZ Muriel, installée à Brest depuis une quinzaine d'années.

Des efforts utiles : sur cette aire d'accueil, pas le moindre cas de Covid-19 n'a encore été détecté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess