Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Cornil, Paro, le robot bébé phoque, donne un peu de joie aux malades d'Alzheimer

mercredi 2 mai 2018 à 3:24 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

A l'EHPAD de Cornil, depuis quelques mois, un robot bébé phoque est mis à disposition des malades d'Alzheimer. Paro, c'est son nom, est plus qu'une peluche à câliner. C'est un concentré de technologie qui peut faire beaucoup de bien aux pensionnaires.

Paro est très apprécié de certains résidents. Grâce à lui Denise n'est plus la même depuis son arrivée
Paro est très apprécié de certains résidents. Grâce à lui Denise n'est plus la même depuis son arrivée © Radio France - Philippe Graziani

Cornil, Corrèze,

Denise adore Paro. La vieille dame le prend régulièrement sur les genoux et dans ses bras et lui parle doucement tout en le caressant. "Quand elle est arrivée elle était assez fermée. Et là on voit bien les yeux qu'elle a. Ça lui plait. Ça lui fait du bien" expliquent ensemble Laetitia Estrade et Virginie Pougeade, animatrices du service. Depuis qu'il est là, Paro est utilisé surtout par la douzaine de résidents de l'Unité de Vie Protégée, tous malades d'Alzheimer. "Paro a permis aussi de créer du lien social entre les résidents entre eux et avec le personnel", souligne Laetitia Estrade. Et dans certains cas il permet même de canaliser l'hyperactivité de certains malades.

Equipé d'intelligence artificielle

Paro a été inventé au Japon où il est utilisé depuis une dizaine d'années dans des maisons de retraite. Avec un retour d'expérience qui a décidé l'établissement corrézien à acquérir ce petit robot. Il coûte 6000 euros. "Ce qui nous a paru intéressant, explique Julien Farfal, c'est de voir comment Paro pouvait être utile auprès de certains patients qui étaient déconnectés du langage". Car ce robot n'est pas seulement une peluche. Grâce à l'intelligence artificielle et aux capteurs sensoriels dont il est équipé, il interagit totalement avec les personnes. Il s'adapte à l'humeur de la personne qui le tient dans ses bras. Il ouvre les yeux et bouge les oreilles quand on lui sourit. Et ses miaulements traduisent la joie de celui ou celle qui le cajole. Un succès qui a déjà incité l'EHPAD de Cornil à développer son usage dans ses autres services. Et à déjà envisager l'achat d'autres robots.