Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Dijon, des "gilets jaunes" débattent avec les parlementaires LREM

vendredi 11 janvier 2019 à 18:53 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Une centaine de "gilets jaunes" se sont retrouvés ce vendredi au Cellier de Clairvaux à Dijon en compagnie de quatre parlementaires pour un débat autour des questions liées au pouvoir d'achat, à la représentation parlementaire et à la répression policière lors des manifestations "gilets jaunes".

En bas à gauche, les parlementaires écoutent les questions des "gilets jaunes"
En bas à gauche, les parlementaires écoutent les questions des "gilets jaunes" © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

Le dialogue plutôt que la violence. Assis au premier rang, un "gilet jaune" interpelle les parlementaires sur les revenus exorbitants de certains hauts fonctionnaires d'Etat :" on pourrait parler du président de la Banque de France qui émarge à 37 580 euros par mois. Moi je gagne _1081 euros par mois_. Ça fait dix ans que je suis à ce salaire là. Et vous ? ", leur demande ce salarié. Le ton est lancé. Pendant près de deux heures, les quatre parlementaires LREM (Fadila Khattabi, Didier Martin, Didier Paris et François Patriat) vont tenter de répondre aux questions des citoyens "gilets jaunes." 

Des citoyens "gilets jaunes" écoutent les réponses des parlementaires LREM - Radio France
Des citoyens "gilets jaunes" écoutent les réponses des parlementaires LREM © Radio France - Stéphane Parry

Je ne vois pas bien comment on peut vivre avec 1000 euros par mois - Didier Paris, député LREM de la 5e circonscription de Côte-d'Or 

Le premier parlementaire a apporter une réponse sur sa rémunération est François Patriat. "Je gagne net d'impôt par mois, _4600 euros_," déclare le sénateur LREM et d'ajouter, que l'on focalise beaucoup sur le salaire dans le public mais rarement dans le secteur privé. Didier Paris tente d'élargir de débat : "je ne vois pas bien comment on peut vivre avec 1000 euros par mois," note le député LREM sur la 5e circonscription de Côte-d'Or. "Nous faisons tout pour essayer de remettre en place une politique vertueuse en la matière, même si elle ne peut pas vous donner immédiatement satisfaction parce que toute augmentation de salaires pèse sur les entreprises."

Didier Paris, député de la 5e circonscription de Côte-d'Or sur la légitimité des parlementaires

Sur la légitimité des parlementaires, Pablo Debray, membre du groupe la majorité silencieuse 21 propose qu'un référendum soit organisé sur la question : "est-ce que l'on veut garder le système politique actuel, est-ce que l'on veut l'améliorer ou bien le changer complètement ? Après, nos représentants retrouveraient leur légitimité parce qu'ils pourraient appliquer la volonté de la majorité. Aujourd'hui, ni moi, ni eux, ne savons où se trouve cette majorité." François Patriat fait une proposition : "un référendum sur le vote blanc,  sur plus de proportionnelle, la réduction du nombre de parlementaires et le cumul des mandats". 

Pablo Debray sur la question d'un référendum sur la légitimité des parlementaires

Fadila Khattabi, député LREM sur la 3e circonscription de Côte-d'Or - Radio France
Fadila Khattabi, député LREM sur la 3e circonscription de Côte-d'Or © Radio France - Stéphane Parry

Dans les manifestations, des personnes se retrouvent mutilées - Roland, citoyen "gilet jaune"

Le ton est monté d'un cran, lorsqu'il a été question de la répression policière lors des manifestations "gilets jaunes". Roland, professeur à la retraite dénonce la violence des forces de l'ordre : "en mai 68, les CRS avaient des matraques. Aujourd'hui, les policiers ont des armes que l'on ne trouve nulle part en Europe. Des personnes se sont retrouvées mutilées. La milice doit arrêter de frapper le peuple !", conclue Roland. 

A défaut d'être courtois le débat entre les parlementaires LREM et les citoyens "gilets jaunes" a eu au moins le mérite de confronter les idées des uns et des autres.

Retrouvez le reportage de cette rencontre ce samedi entre 7 heures et 9 heures en écoutant France Bleu Bourgogne.