Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

Dijon : la famille Millard, propriétaire du magasin "Tom Pouce", prépare la réouverture

-
Par , France Bleu Bourgogne

A Dijon comme partout ailleurs les commerces jugés "non essentiel" vont donc pouvoir rouvrir dès ce samedi. Les Millard, propriétaires d'un magasin de chaussures pour enfants rue François-Rude se préparent à retrouver leur clientèle.

La famille Millard, est très heureuse de reprendre son activité et de retrouver sa clientèle
La famille Millard, est très heureuse de reprendre son activité et de retrouver sa clientèle © Radio France - Thomas Nougaillon

Les fameux commerces "non essentiels" ce sont les marchands de chaussures, les libraires, les vendeurs d'accessoires pour la maison, les coiffeurs ou encore les magasins de vêtements... En centre-ville de Dijon depuis ce mercredi matin vous pouvez voir leurs propriétaires ou leurs gérants s'activer pour préparer le retour des clients.

De l'huile de coude chez "Tom Pouce" 

C'est le cas chez "Tom Pouce", magasin de chaussures pour enfants, rue François-Rude près des Halles de Dijon. A l'intérieur des boîtes de chaussures un peu partout, des décorations de Noël à installer ou encore un vieil escabeau en métal posé contre les rayonnages... Il faut dire qu'après un mois d'incertitudes, cette fois ça y est, les gérants entrevoient enfin le bout du tunnel. Et il faut tout remettre en place au plus vite.

Valérie installe quelques décos de Noël, boules et guirlandes colorées pour lutter contre la morosité ambiante
Valérie installe quelques décos de Noël, boules et guirlandes colorées pour lutter contre la morosité ambiante © Radio France - Thomas Nougaillon

"On va travailler comme on le faisait avant"

Et Thierry Millard le patron ne s'inquiète pas trop pour le protocole sanitaire à appliquer. "On va travailler à peu près comme on le faisait avant c'est à dire avec deux clients maximum dans le magasin et avec l'application des gestes barrières, le masque et le gel hydroalcoolique."

Des cartons de chaussures un peu partout mais tout aura disparu pour accueillir les clients samedi
Des cartons de chaussures un peu partout mais tout aura disparu pour accueillir les clients samedi © Radio France - Thomas Nougaillon

Notre reporter a assisté à la mise en place des produits en vitrine.

L'activité bien ralentie durant 4 semaines

Durant le mois écoulé, bien sûr, le magasin était fermé, mais l'activité -elle- s'est poursuivie grâce à la mise en place du désormais fameux "click and collect". Ce dispositif qui n'aura permis de sauvegarder qu'à peine 10% du chiffre d'affaire habituel mais le plus important pour Thierry Millard était ailleurs.

Ces petits souliers trouveront-ils preneurs ? Eléments de réponse ce samedi.
Ces petits souliers trouveront-ils preneurs ? Eléments de réponse ce samedi. © Radio France - Thomas Nougaillon

Le lien ininterrompu avec la clientèle

Il s'agissait surtout pour le chef d'entreprise d'entretenir des contacts avec ses clients. Des clients qui l'ont appelé, lui ont laissé des messages sur Facebook notamment. C'est pour eux qu'avec son épouse Valérie et leur fils Nathan, la famille Millard prépare une jolie vitrine aux couleurs de Noël !

La famille Millard, sur le pont, pour remettre l'affaire à flots !

"Ce magasin est un peu notre enfant"

Ce magasin c'est "un peu comme notre enfant" explique encore Thierry Millard. Le vendeur de chaussures dit avoir perdu entre 20 et 30 000 euros de chiffres d'affaires au mois de novembre. La famille Millard espère que les ventes seront bonnes et les clients au rendez-vous ce samedi même si dans le milieu de la chaussure pour enfants décembre n'est pas le plus gros mois. Niveau chiffre d'affaire c'est en septembre, pour la rentrée scolaire, qu'on vend le plus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess