Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Dijon, les gilets jaunes ont défilé entre le Zénith et la gare

-
Par , France Bleu Bourgogne

Pour ce 44e jour de manifestation du mouvement des gilets jaunes, à Dijon, quelque 300 personnes ont marché entre le Zénith et la gare.

Les gilets jaunes se mettent en marche, depuis le parking du Zénith
Les gilets jaunes se mettent en marche, depuis le parking du Zénith © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Pour leur deuxième rendez-vous depuis la rentrée, les gilets jaunes se sont rassemblés à 14 heures ce 14 septembre, sur le parking du Zénith. Au départ du cortège, ils étaient environ 300. En tête du défilé, une large banderole proclamait le retour du mouvement dans les rues de la ville : "coucou c'est re-nous", ajoutant les revendications,  "contre les violences sociales, fiscales, policières".

On ira soutenir les policiers, pour leur montrer que l'union fait la force ▬ Sandra, en tête du cortège

Des slogans contre la réforme des retraités ont fusé dans les rangs. Claudine est elle-même retraitée, avec une toute petite pension, et si elle manifeste, c'est aussi pour les futures retraites des jeunes, et plus généralement pour tous ceux qui en ont besoin dans les conflits du moment, pompiers et urgentistes notamment. En tête de la troupe, Sandra va même plus loin, en évoquant les policiers, dont les syndicats appellent à une "marche de la colère" le 2 octobre : "on ira soutenir les policiers, bien qu'ils nous aient maltraités, on sera derrière eux, pour leur montrer que l'union fait la force".

Soutien aux manifestants de Hong Kong

Une solidarité qui va bien au-delà des frontières, puisque des gilets jaunes ont confectionné une banderole, "in solidarity with Hong Kong". Yanis, venu de Saône-et-Loire, s'explique : "on est solidaires avec le peuple de Hong Kong en lutte pour sa liberté.  Nous sommes solidaires avec tous les peuples en lutte, et Hong Kong, c'est loin d'être fini à mon avis, tout comme en France".

Gilet jaune de la première heure, Gaby aurait aimé une mobilisation plus forte : "il y a certainement la violence, les exactions, qui font que les gens ne veulent plus venir aux manifs, mais il y a aussi la pression mise par le pouvoir. Pourquoi ils répriment, pourquoi ils interdisent, pourquoi ils mettent des amendes? C'est pour faire peur aux gens, pour qu'ils restent chez eux".

La police présente, mais à distance

Pendant toute la manifestation, la police s'est tenue à bonne distance, mais prête à intervenir. Un moment de tension est apparu lorsqu'une altercation a éclaté entre des gilets jaunes et les occupants d'une voiture dont le rétroviseur avait accroché le bras d'un manifestant. Des invectives ont fusé de part et d'autre. Un jeune homme qui est sorti du véhicule a été encerclé par une dizaine d'hommes hostiles, et bousculé. Mais d'autres gilets jaunes sont intervenus pour calmer les esprits. Le cortège a pu ensuite rejoindre dans le calme sa destination finale, la gare de Dijon.

Choix de la station

France Bleu