Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Sarthe : à Écommoy, gilets jaunes et chefs d'entreprise tentent d'apaiser les tensions

jeudi 29 novembre 2018 à 19:37 Par Jérôme Collin et Bertrand Hochet, France Bleu Maine et France Bleu

Chefs d'entreprise, commerçants et gilets jaunes sarthois se sont mis autour de la table jeudi, à Ecommoy. Une rencontre initiée par la députée LREM Pascale Fontenel-Personne, pour tenter d'amorcer un dialogue entre les deux parties.

La table ronde organisée entre des gilets jaunes et des chefs d'entreprise à Ecommoy
La table ronde organisée entre des gilets jaunes et des chefs d'entreprise à Ecommoy © Radio France - Bertrand Hochet

Écommoy, France

C'est une rencontre particulière qui a été organisée, ce jeudi 29 novembre, à Ecommoy. Des chefs d'entreprise et des gilets jaunes étaient réunis autour d'une même table, celle mise à disposition par la députée La République en Marche, Pascale Fontenel-Personne. L'idée était de rapprocher les deux parties. 

Certains chefs d'entreprise ont vu leur activité baisser du fait des actions des gilets jaunes, notamment les blocages et barrages filtrants de la circulation. C'est le cas plus particulièrement du magasin Hyper U d'Ecommoy. L'accès au parking a d'abord été totalement fermé par les gilets jaunes puis filtré. Le patron du magasin avait dû jeter des stocks de nourriture et avait déploré deux journées blanches en recettes.

Parfois jusqu'à 40% de perte de chiffre d'affaires

Le mouvement des gilets jaunes est compris par certains. "On comprenait complètement leurs revendications, on soutenait leur mouvement. On était avec eux parce que nous-mêmes, on se trouve trop taxés", explique Virginie Guais-Juignet, gérante de la jardinerie Delbard, à Ecommoy. Mais les blocages ont été pénalisants pour son commerce. Entre 30 et 40% de perte de chiffre d'affaires. "On se trouve aussi très impactés au niveau de notre commerce vu qu'ils bloquent complètent les accès et qu'ils font un peu peur aux gens à travers leurs messages et revendications", regrette-t-elle.

On demande aux gilets jaunes de nous laisser travailler et de laisser travailler notre personnel

Du côté des gilets jaunes, Mickaël Broutet admet qu'il y a un ralentissement de l'activité. "Effectivement, les habitations ont eu des situations de bouchons. Là, ils sont un peu timides à revenir. À partir du moment où il y a un blocage, il y a un ralentissement pour remettre les choses en place. Et je pense qu'il y a encore un ralentissement pour les commerçants d'Ecommoy, en tout cas pour l'Hyper U", explique celui qui est mobilisé depuis le tout début du mouvement.

La députée LREM Pascale Fontenel-Personne, à l’initiative de la table ronde se dit satisfaite des échanges. Elle demande aux gilets jaunes de lui préciser leurs revendications et leur fixe un calendrier. "Je vais les recevoir une fois par mois jusqu'à la fin du mois de mars", annonce l'élue. Objectif : "co-construire des solutions". Pascale Fontenel-Personne affiche sa soulagement : "Je suis satisfaite qu'ils aient envie de venir". 

Le dialogue s'installe avec des représentants de gilets jaunes

En Sarthe, les gilets jaunes multiplient les rendez-vous. Deux représentants ont été reçus par la directrice de cabinet du préfet jeudi 29 novembre, dans l'après-midi. Ils ont pu faire part de leurs revendications : dix sur le thème du pouvoir d'achat et dix autres sur les questions de transition énergétique. Un rendez-vous est également prévu vendredi 30 novembre, à nouveau en préfecture. Mais cette fois avec Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité femme-homme et conseillère municipale du Mans. La rencontre aura lieu à partir de 11h30 avec une dizaine de gilets jaunes.