Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo : 13 départements en vigilance rouge canicule, 47 en vigilance orange aux orages
Dossier : Brexit

A Eymet en Dordogne, le Brexit est au cœur des préoccupations

-
Par , France Bleu Périgord

La petite commune d'Eymet, près de Bergerac en Dordogne est la commune la plus anglophone du département. Alors forcément, le jeudi, jour du traditionnel marché et surtout veille du Brexit, les discussions vont bon train.

Le marché traditionnel d'Eymet se déroule tous les jeudi à Eymet.
Le marché traditionnel d'Eymet se déroule tous les jeudi à Eymet. © Radio France - Marius Delaunay

Ce n'est pas le seul sujet de discussion, mais il fait tout de même jaser. Au marché d'Eymet, qui se tient tous les jeudi, le Brexit inquiète. Le Royaume-Uni sort officiellement de l'Union Européenne vendredi 31 janvier, à partir de minuit, et la perspective ne semble pas vraiment réjouir les nombreux ressortissants britanniques qui habitent à Eymet et ses alentours. 

De nombreux britanniques

Plusieurs ressortissants sont inquiets et toujours dans le flou concernant leur avenir. "C'est très embarrassant" pour Steve. "C'est totalement fou, plutôt triste. Je dirais même que le Brexit, c'est de la folie".  Sans surprise, la plupart des britanniques qui vivent à Eymet et ses alentours sont contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne. 

Le sujet ressort souvent pour les étals du marché d'Eymet, et ça n'étonne qu'à moitié les commerçants. "Ce n'est pas non plus d'aujourd'hui que l'on parle du Brexit", admet Nicole, une viticultrice du Bergeracois. "On en discute tous les jeudi sur le marché, et je dois même admettre que l'on voit moins de britanniques qu'auparavant. Peut-être qu'une partie sont rentrés au pays parce qu'il avaient peur pour la suite". Partir donc pour certains, ou bien se faire naturaliser. A Eymet, trois voire quatre ressortissants britanniques devraient prochainement obtenir la nationalité française.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess