Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Gien, les platanes du quai Joffre ont droit à un sursis

mardi 24 avril 2018 à 18:13 Par Patricia Pourrez, France Bleu Orléans

Le Tribunal administratif d'Orléans a ordonné ce mardi la suspension de l'abattage des platanes sur le quai Joffre, à Gien. Mais, le maire Christian Bouleau contre attaque et saisit le Conseil d'Etat. L'affaire des platanes de Gien est donc loin d'être terminée !!

Il reste 31 arbres à abattre dans le projet de réaménagement porté par la ville
Il reste 31 arbres à abattre dans le projet de réaménagement porté par la ville © Radio France - Radio France

Gien, France

C'est une véritable bataille juridique qui s'engage autour de l'avenir des platanes du quai Joffre, à Gien. Ce mardi, le Tribunal Administratif d'Orléans a ordonné la suspension de l'abattage par la ville. A l'automne dernier, 29 platanes ont déjà été coupés sur le quai Lenoir dans le cadre de travaux de réaménagement du centre ville.  Il en restait 31 à abattre sur le quai Joffre. Mais un collectif de citoyens avait déposé un référé en urgence et ce mardi, la justice administrative leur a donné raison. 

Une " quasi victoire" pour le collectif de citoyens giennois 

Les juges se sont appuyés notamment sur l'article L350-3 du Code de l'Environnement qui interdit d'abattre les alignements d'arbres. Sauf si ces arbres présentent un danger en raison de leur état sanitaire et ce n'est pas le cas pour les 31 platanes de Gien !! Pour Pascale Amadou, du collectif citoyen du centre-ville de Gien, " Il ne faut pas crier victoire trop vite, mais c'est quand même un premier jugement encourageant". " Ces arbres représentent le patrimoine de Gien, ça fait des mois qu'on tente de les sauver et la justice vient de nous donner raison". Jusqu'à l'audience sur le fond du dossier, la mairie de Gien a interdiction de toucher aux arbres. Et comme la procédure dans ce genre d'affaire peut prendre des mois, le collectif espère que la mairie de Gien finira par renoncer à son projet. " On a dû mal à imaginer que Mr Bouleau suspende tous les travaux d'aménagement en attendant une décision sur le fond . _Il n'aura pas d'autre choix que de renoncer_" estime Pascale Amadou. Sauf que Christian Bouleau n'est pas du tout dans cet état d'esprit !!

"C'est une victoire pas ce n'est pas acquis pour la nuit des temps"

Manifestation des défenseurs des arbres en Septembre dernier à Gien - Aucun(e)
Manifestation des défenseurs des arbres en Septembre dernier à Gien - Collectif Citoyen de Gien

Le maire contre attaque devant le Conseil d'Etat 

Joint par France Bleu Orléans, Christian Bouleau annonce dès ce mardi qu'il va contester le jugement du TA devant le Conseil d'Etat. " Il y a trop d'incohérence dans les arguments avancés par les juges" estime le maire de Gien. " Le jugement nous permet d'abattre les arbres malades, donc 9 sur les 31 restants. Ce qui va en opposition avec la réglementation et l'article L350-3 du Code l'Environnement sur l'esthétique de l'alignement des arbres". Pour l'élu, " tout ça est un peu contradictoire, on va se faire expliquer ça devant le Conseil d'Etat". En attendant, pas question de toucher aux platanes du quai Joffre. 

" On veut aller devant le Conseil d'Etat pour se faire expliquer ce jugement"

Quant aux travaux d'aménagement sur les quais , Christian Bouleau ne sait pas s'ils vont se poursuivent ou pas. Il doit réunir ses services et discuter aussi avec les entreprises en BTP engagées. Mais, si les retards s'accumulent, la ville risque de devoir payer de lourdes pénalités.