Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Grenoble, une association d'aide aux personnes prostituées manque de subventions

lundi 6 août 2018 à 4:54 Par Willy Moreau, France Bleu Isère

C'est le lot de nombreuses associations. L'Appart à Grenoble qui tente de sortir les personnes de la prostitution doit accompagner toujours plus de monde avec de moins en moins de moyens.

Les membres de l'association L'Appart espèrent que leurs subventions ne seront pas diminuées.
Les membres de l'association L'Appart espèrent que leurs subventions ne seront pas diminuées. © Radio France - Willy Moreau

Grenoble, France

Il y a deux ans, l'association L'Appart à Grenoble a dû se séparer d'un poste à temps plein et d'un temps partiel. Cette année, la structure qui aide les personnes à sortir de la prostitution voit encore ses subventions diminuer. Le personnel demande à l'État de limiter la casse. 

219.000 euros d'aides chaque année

Le budget de l'association est amputé de 55.000 euros depuis deux ans, soit la somme que versait le département. L'État qui finance à hauteur de 219.000 euros, compte baisser les dotations de 3% chaque année. 

"Normalement, on nous promet qu'on aura un sursis pour l'année 2019, se rassure le directeur, Alexis Vaussenat. Nous avons néanmoins perdu 2.000 euros par rapport à l'année dernière".  

Une somme énorme quand les comptes sont déjà serrés car la structure accueille une dizaine de personnes tous les jours. Les travailleurs sociaux regrettent de ne plus avoir le temps d'accompagner correctement toutes les personnes qui se présentent dans les locaux situés dans un ancien appartement. 

Cynthia travaille à L'Appart depuis sept ans : "Avant, nous allions chercher la prostitution cachée qui passait par le téléphone notamment. Désormais nous n'avons plus le temps. Ce sont surtout des personnes à 95% étrangères qui se présentent chez nous et le pire c'est que nous ne pouvons plus accueillir tout le monde"

Cette situation est d'autant plus fragilisée pendant les vacances d'été puisqu'une grande partie des structures d'accueil sont fermées. L'Appart espère que ses subventions ne seront pas plus amputées et demande au gouvernement de limiter la casse.