Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Cérémonies du 11-Novembre : à Hauteroche, une exposition pour se souvenir des poilus morts en 14-18

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Dans une exposition, le village de Hauteroche en Côte-d'Or, rend hommage à ses poilus morts pour la France pendant la Grande Guerre. En 14-18, pas moins de 21 habitants de la commune, qui comptait alors 265 âmes, ont perdu la vie sur le front.

Josette Hémery, devant le panneau qui évoque le souvenir de son grand-père, et Dominique Blandin, conseiller municipal en charge de l'exposition
Josette Hémery, devant le panneau qui évoque le souvenir de son grand-père, et Dominique Blandin, conseiller municipal en charge de l'exposition © Radio France - Jacky Page

Hauteroche, France

"Quand j'étais petit, les poilus, je les imaginais comme les gens qui étaient revenus de la guerre, les grands-pères de 70-80 ans qui existaient dans les années 60-70. Quand j'ai pris conscience que pendant la guerre ils avaient été des jeunes d'une vingtaine, trentaine d'années, je me suis dit qu'il fallait réhabiliter leur image". Dominique Blandin, enseignant à la retraite et conseiller municipal, est en charge d'une exposition à Hauteroche, consacrée aux soldats du village tués en 14-18.

Le monument aux morts à Hauteroche - Radio France
Le monument aux morts à Hauteroche © Radio France - Jacky Page

21 morts pour 265 habitants, un ratio important

Quand la Grande Guerre a débuté, en 1914, le village de Hauteroche, dans le canton de Montbard, comptait 265 habitants. A la fin de la guerre,  21 d'entre eux avaient été tués sur le front. Dominique Blandin, ancien prof de maths, avait été intrigué par ce ratio : " 21 morts sur 265 habitants, ça fait un ratio important. C'est peut-être l'une des choses qui m'avaient poussé à réfléchir et à exposer, pour essayer de comprendre pourquoi il y avait ce décalage entre notre village et les villages autour". Et puis il y avait, dans son enfance, chez sa grand-mère, ces quatre portraits d'hommes de la famille tués au combat. Photos sacrées qui trônaient, comme une sorte d'autel de la mémoire, sur la cheminée.

Avec l'aide des descendants des poilus

Descendant d'un "poilu" du village, il a entrepris en 2014 de rassembler de la documentation sur ces morts pour la France, afin de reconstituer leur parcours, de rappeler qui ils étaient, quel était leur métier, dans quelle maison ils habitaient.  Il a pu compter pour cela sur la collaboration des familles. Josette Hémery, 83 ans, a ainsi mis à disposition des photos, cartes postales, lettres, documents militaires qui ont été dupliqués et collés sur un grand panneau. Josette désigne une photo de son grand père, mort au combat à 30 ans, dans la Somme : "celle-là, c'est une photo où il est à la guerre. Notre grand-mère nous a toujours parlé de son mari, de notre grand-père, toute sa vie. Il est mort en 1916, l'artère fémorale sectionnée "

Six panneaux comme celui-ci, pour que les morts de 14-18 ne soient pas que des noms gravés sur un monument - Radio France
Six panneaux comme celui-ci, pour que les morts de 14-18 ne soient pas que des noms gravés sur un monument © Radio France - Jacky Page

Le recensement, un outil précieux

Pour compléter la documentation fournie par les familles, les archives de l'état civil, de l'armée, ont été bien utiles, ainsi qu'un outil très précieux : le recensement : "on peut rentrer vraiment dans le village, par ces recensements de 1911 ou 1921. _Vous savez combien de gens habitaient dans telle maison, qui ils étaient, leurs liens de parenté, leur profession etc._" Il a même pu compléter un arbre généalogique des familles du village, que son père avait commencé, et qui se déroule sur plusieurs mètres de long.

Le tout constitue aujourd'hui une exposition, visible le 10 novembre à partir de 17 heures à la salle des fêtes, ainsi que le 11 novembre de 11 h 30 à 13 heures. Mais on peut aussi la visiter à la demande, en appelant Dominique Blandin au 06.16.67.66.32.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu