Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"À l'armistice, les civils leur jetaient des pierres" : ces Alsaciens qui ont combattu dans l'armée allemande

samedi 10 novembre 2018 à 11:07 Par Rachel Noël et Guillaume Chhum, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

En 1918, l'armistice a été un moment compliqué pour beaucoup d'Alsaciens. Les hommes avaient combattu aux côtés de l'armée allemande durant la Grande Guerre. Le retour à la France a été difficile.

Jean-Joseph Lichtenberg, le père d'Adrien a servi sous l'uniforme allemand durant la Grande Guerre
Jean-Joseph Lichtenberg, le père d'Adrien a servi sous l'uniforme allemand durant la Grande Guerre © Radio France - Guillaume Chhum

Colmar, France

En Alsace, la plupart des combattants de la Grande Guerre ont servi dans l’armée allemande. L'armistice fut donc pour eux un souvenir parfois douloureux. Jean-Joseph, le père d’Adrien Lichtenberger, était soldat dans l'armée allemande. Son père est resté discret sur ce qu’il a vécu au cours de la Première guerre mondiale, entre 1914 et 1918. Une méconnaissance qu'Adrien regrette aujourd'hui.

Jean-Joseph Lichtenberg a 29 ans quand il est incorporé dans l’armée allemande, le 1er août 1914. Il est envoyé sur le front russe. Il en reviendra quatre ans plus tard. Son fils, Adrien Lichtenberger, n'a pas de souvenirs matériels de son père pendant cette Grande Guerre, juste une photo de l'époque où celui-ci a fait son service militaire.

Une photo pour seul souvenir

Restent également ces histoires que son père lui a racontées quand il avait une dizaine d'années, comme l'anecdote de ce jour où douze prisonniers russes se sont sauvés. Jean-Joseph Lichtenberg a été privé de permission durant six mois. 

Mais l'homme ne parlait que très peu de la guerre. Son plus mauvais souvenir n'était autre que l’armistice. Il raconte à son fils ces hommes qui leur jetaient des pierres et leur crachaient dessus. 

Aujourd’hui, Adrien conserve peu de souvenirs de cette période vécue par son père : "Je regrette de ne pas avoir demandé tout ça, de ne pas avoir demandé plus."